PolitiqueSociété

NÎMES Un bassin de rétention pour sécuriser les Nîmois

La fin des travaux est prévue pour 2031 (photo Norman Jardin)

À l’horizon 2031, ce bassin de rétention des eaux pluviales pourra retenir 1,8 millions de m3 d’eau. De quoi potentiellement préserver les Nîmois de futures inondations ? C'est en tout cas l'objectif.

Ce lundi, Yvan Lachaud, le président de Nîmes métropole, a visité le chantier du bassin-carrière des Antiquailles, à Nîmes. Situé à l’intersection de l’ancienne route d’Alès et de la nationale 106, le bassin fait parti du dispositif de prévention des inondations de la ville de Nîmes.

Les engins s'activent sur le chantier (photo Norman Jardin)

La capacité de rétention en amont du cadereau d’Alès se voit fortement augmentée, par conséquent, cela réduit la vulnérabilité de la zone urbaine au risque d’inondation. À terme, des canalisations capteront le ruissellement au niveau de l’intersection de la RN 106 et de la route d’Anduze (RD 907) pour les renvoyer dans le futur bassin de rétention. Au terme de sa construction, en 2031, l’ouvrage aura une capacité de 1,8 millions de m3.

Yvan Lachaud a visité le chantier du bassin-carrière des Antiquailles (photo Norman Jardin)

Les travaux ont été attribués par le biais d’une concession le 23 septembre 2016, pour une durée de 15 ans. À partir de 20210, la capacité du bassin sera augmentée de 200 000 m3 chaque année. Le bassin-carrière des Antiquailles aura une profondeur de 60 à 70 mètres pour une superficie de 7,5 hectares.

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité