A la unePolitique

FAIT DU JOUR Dans le Gard, dix événements politiques marquants de 2019

Le maire de Nîmes "Les Républicains" Jean-Paul Fournier avec en arrière-plan, son rival, le centriste Yvan Lachaud (©PHOTOPQR/MaxPPP)

En cette fin d'année, Objectif Gard a sélectionné dix événements qui ont marqué l'actualité politique du Gard en 2019. Élections européennes, choix politiques engageant les Gardois sur l’avenir ou préparation des municipales 2020. Tour d'horizon. 

Véolia rafle le marché de l’eau

7 janvier 2019 : les salariés de La Saur manifestaient devant le siège de Nîmes métropole (Photo : Coralie Mollaret)

Officiellement, la décision a été prise le 23 janvier, en conseil communautaire. Malgré les oppositions, le président centriste de Nîmes métropole, Yvan Lachaud, réussit à attribuer la gestion de l’eau et de l’assainissement à Véolia. D'un montant de 185 M€ sur une durée de huit ans, ce marché est détenu depuis 50 ans par la Saur. Après le fiasco engendré par l’émission de télévision Cash Investigation (France 2), l’Agglo a souhaité redorer l’image de son service public. Parmi les engagements contractuels de la multinationale figure une hausse du taux de rendement ainsi que la création d’une société anonyme servant à suivre la réalisation des investissements. Le nouveau délégataire débutera sa mission au 1er janvier 2020.

À Nîmes, Yvan Lachaud est candidat aux Municipales 

Yvan Lachaud dans sa permanence du boulevard amiral Courbet (Photo : Coralie Mollaret)

En 2019, dans le mundillo politique règne une ambiance de pré-campagne électorale. Chaque clan analyse la situation politique avant de préparer ses troupes. Le président de Nîmes métropole, Yvan Lachaud, ne tarde pas. Il est l'un des premiers à se déclarer candidat, le 25 mars, via une interview dans la presse locale. Investi par le MoDem, rallié plus tard par La République en marche et l'UDI (Union des démocrates et indépendants), le directeur de l'Institut d’Alzon planche aujourd'hui sur sa liste et son programme « Nîmes en mieux. » Ex-adjoint aux Finances du maire LR de Nîmes, Jean-Paul Fournier, les deux poids lourds de la Droite se livreront une lutte sans merci. Histoire de savoir qui, à Nîmes, est le véritable patron.

Un deuxième four pour l'incinérateur ?

À l'incinérateur, les déchets sont stockés dans une fosse (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Les poubelles, un dossier qui déchaîne les passions. À Nîmes, la construction d’un deuxième four pour l’incinérateur fait débat. Ce pourrait (et ça devrait) être un sujet de la campagne des Municipales. C'est l'Agglo du Gard Rhodanien qui a remis, en avril, le sujet sur la table lorsqu'elle a exprimé son souhait d’adhérer au Sitom Sud Gard. La raison ? Le centre d’enfouissement d’Orange (Vaucluse) où elle envoyait ses déchets est plein. L'an dernier, la collectivité a trouvé une solution en enfouissant ses ordures dans le centre de Bellegarde, géré par Suez. Mais ça lui coûte cher : 1,7 M€ supplémentaires en 2019. « Sans deuxième four pour l’incinérateur, la TEOM (Taxe d'enlèvement des ordures ménagères) des ménages va exploser ! », insiste le président du Sitom Sud Gard, Hervé Giély

Le coup de théâtre de Jean-Marc Roubaud

Le président du Grand Avignon, Jean-Marc Roubaud (au centre, au micro) a annoncé sa démission (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Dans le Gard Rhodanien, l'année 2019 aura été marquée par une sacrée surprise. En conférence de presse, à la mi-avril, le président du Grand Avignon, Jean-Marc Roubaud, annonce sa démission, indiquant aussi qu’il ne serait pas candidat à la mairie d’Avignon : « J’aurai l’an prochain 69 ans, avec six ans de plus ça fera 75 ans. Je ne pense pas que ce soit sérieux. » L'intéressé estime que poursuivre « serait une source de tension. Je suis là pour aider les communes, pas les perturber. » Du coup, Jean-Marc Roubaud reste simplement maire de Villeneuve, la cité cardinalice où il est élu depuis 1995. En revanche, il laisse planer le doute sur une candidature à sa propre succession en 2020 : « Chaque chose en son temps. Je réserverai mon annonce aux Villeneuvois. » Quand ? « J’adore les surprises. » La vie politique en est décidément remplie. 

Européennes : la chute pour Proust, la montée pour Collard

Le premier adjoint à la ville de Nîmes et secrétaire départemental "Les Républicains" perd son siège au parlement européen (Photo : Coralie Mollaret)

Autre événement et non des moindres : les élections européennes du 26 mai. À Nîmes, c'est la descente aux enfers pour la Droite. Avec 8,50%, la liste emmenée par François-Xavier Bellamy n’atteint pas la barre symbolique des 10%. Conséquence : l'élu nîmois Franck Proust, perd son siège au Parlement européen. En revanche, en Petite Camargue, l'ambiance est plus festive : en 15e position sur la liste du Rassemblement national, le député de la 2e circonscription, Gilbert Collard, est élu au Parlement. Dès lors, il aurait dû laisser son siège à son suppléant et élu de Vauvert, Nicolas Meizonnet. Toutefois, en raison d'un recours déposé par le Parti animaliste, son élection est gelée.

La vente du stade des Costières

Prenant en compte la pétition des supporters, le nouveau complexe pourra accueillir 15 100 spectateurs en 2025 (Photo Anthony Maurin)

En juin, la mairie de Nîmes et le président du Nîmes Olympique tombent d'accord : le stade des Costières sera vendu à Rani Assaf, pour 8 M€ (contre 5 M€ évalué par France Domaine). Après plusieurs réunions, les deux parties ont trouvé un compromis sur le montant mais également sur le nombre de places. Derrière cette vente, le président du club va surtout pouvoir mener à bien son vaste projet immobilier de 230 M€ avec résidences hôtelières, logements, bureaux… Un projet sur lequel le maire Les Républicains de Nîmes aimerait avoir plus de détails. Désormais candidat à sa succession et à un quatrième mandat, Jean-Paul Fournier envisage d'intégrer sur sa liste Laurent Boissier, l'ex-directeur sportif du Nîmes Olympique. Une tactique politique pour l'édile qui veut la jouer offensif ? 

Patrick Malavieille devient chevalier

Patrick Malavieille, conseiller départemental PCF et maire de La Grand'Combe EL/OG

Le 28 septembre, le maire de La Grand’Combe, Patrick Malavieille, s’est vu décerner le titre de chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres. Une distinction prestigieuse qui récompense ses actions dans les domaines artistique et littéraire, mais aussi le talent d’un amoureux des mots. Avec sa voix chaude et assurée, des mots scrupuleusement choisis et un ton juste, Patrick Malavieille a ce talent que beaucoup de politiques n’ont pas : il sait captiver un auditoire. Le communiste a aussi un autre atout : sa capacité à préparer sa succession. Un mois plus tard, en conseil municipal à La Grand’Combe, le maire a annoncé son intention de briguer un cinquième mandat. Toutefois, à la moitié de celui-ci, s’il est élu, il laissera sa place à Laurence Baldit. Une façon de rappeler que nul n'est éternel.

Françoise Dumas, une année en dents de scie

La députée La République n marche de la 1ère circonscription du Gard, Françoise Dumas (Photo : Coralie Mollaret)

L'année a été mouvementée pour l'indéboulonnable Françoise Dumas. D'abord début octobre, la députée (ex-PS) LREM de la première circonscription du Gard a officiellement été élue présidente de la commission Défense de l’Assemblée nationale. Une victoire qui se savoure. En revanche, ce que la Nîmoise a moins apprécié, c'est l'enquête préliminaire ouverte dans le cadre de la construction de sa piscine. Une procédure qui fait suite à l'information révélée le 6 novembre dernier par nos confrères du Canard Enchaîné. Sans autorisation, la députée La République en Marche a fait construire une piscine dont l'enceinte empiète sur un terrain municipal. Nul n'est à l'abri de quelques remous. 

Ça avance pour la rénovation urbaine

Au loin, les tours Avogadro, Jean-Perrin et Pythagore. Le sort de la tour Galilée est en suspens (Photo : Coralie Mollaret)

En novembre, à l’issue d’un ultime comité d’engagement, l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) a arrêté le montant de sa participation pour la réhabilitation de quatre quartiers nîmois (Pissevin, Valdegour, Chemin-Bas et Mas de Mingue). « On nous accorde une enveloppe 140 M€ », a annoncé Didier Lauga, préfet du Gard. Revêtant de forts enjeux, le dossier ANRU a fait l’objet de plusieurs joutes politiquesLes protagonistes ont jusqu’à 2024 pour lancer toutes les opérations de rénovation urbaine. Les partenaires financiers (ANRU, Europe, Région, Département, Nîmes métropole, ville de Nîmes, bailleurs…) doivent à présent signer une convention d’engagements avant de ratifier la convention réelle et effective de ce que l'on nomme désormais « l’ANRU 2 ».

 Un quatrième mandat pour Jean-Paul Fournier ?

Le maire d’Alès Max Roustan et son homologue nîmois, Jean-Paul Fournier (Photo :Coralie Mollaret)

Le 7 décembre, le maire de Nîmes a annoncé vouloir officiellement briguer un quatrième mandat : « Je suis bien, en forme et je peux continuer. Il va y avoir plusieurs choses à concrétiser comme le Palais des congrès, le Parc Jacques Chirac (Pépinières Pichon, NDLR ), la deuxième tranche de Hoche-Sernam… Je souhaite faire la totalité du mandat ! " Une stratégie qui n'est pas la même que son camarade d'Alès. Si le maire sortant Les Républicains, Max Roustan, se présente également, il a annoncé vouloir laisser son fauteuil en cours de mandat à son homme de confiance et directeur de cabinet, Christophe Rivenq. « Il restera maire encore quelques temps, au moins trois ans ou plus, avant de me laisser la main », explique Christophe Rivenq. Rien d’étonnant lorsque l’on sait que les deux complices travaillent main dans la main depuis plus de 27 ans.

La rédaction

Et aussi : 

En avril dernier, Objectif Gard publiait les résultats de son sondage exclusif sur les municipales nîmoises des et . Gauche éclatée, Droite divisée... Qu'importe ! à Nîmes le maire sortant, Jean-Paul Fournier, fait la course en tête. Mais l'élection est loin d'être jouée d'avance. À lire ou relire : FAIT DU JOUR Sondage exclusif : Fournier en tête au premier tour des Municipales ! et FAIT DU JOUR Sondage exclusif : au second tour, LREM faiseur de roi ?

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité