Politique

SÉNATORIALES Le sénateur sortant, Stéphane Cardenes, a bouclé sa liste 

Stéphane Cardenes, ancien maire de Lirac devenu sénateur après l'élection de Pascale Bories à Villeneuve-les-Avignon (Photo : Coralie Mollaret)
Stéphane Cardenes, ancien maire de Lirac devenu sénateur après l'élection de Pascale Bories à Villeneuve-les-Avignon (Photo : Coralie Mollaret)

Numéro cinq sur la liste du sénateur-maire de Nîmes en 2014, Stéphane Cardenes a pu décrocher son ticket au Palais du Luxembourg. En fonction depuis quelques semaines, le centriste souhaite rempiler. 

S’il ne part pas favori, l’ancien maire de Lirac veut y croire. Et pour cause : en 2014, peu de monde aurait parié sur son arrivé au Sénat cinq ans plus tard. En cinquième position sur la liste du maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier, le Liracois a bénéficié de la loi sur le non-cumul du mandat, contraignant ses anciens colistiers à démissionner pour conserver leur mandat local.

Se considérant aujourd'hui « dans la majorité sénatoriale », Stéphane Cardenes tente de nouveau sa chance, en tête de liste. Le centriste a bien essayé de contacter ses anciens collègues Les Républicains. Sans succès. « Quand vous en êtes à plus de 10 appels sans réponse à la ville de Nîmes, c’est que l’on ne veut pas vous voir ! », lance-t-il. Cet ostracisme ne bride pas ses ambitions. Sa liste qu’il déposera à partir du 11 septembre en préfecture est déjà prête.

« Mes concurrents sont marqués par les divisions »

Le candidat a convaincu la présidente sortante des maires du Gard, Pilar Chaleyssin, d’occuper la deuxième position. Si son choix semble séduisant, il se heurte à sa défaite aux Municipales d’Aubais et fait écho à son propre échec à Roquemaure. Pas sûr que des perdants séduisent des maires élus sur leur territoire… « Ça, c’est votre point de vue, rétorque Stéphane Cardenes. Moi, je pense que ce serait dommage de se priver de cette femme qui a œuvré pendant 10 ans en aidant les élus locaux. »

En troisième position, on retrouve le maire de Baron, Christian Petit, qui est par ailleurs président de l'Epic (Établissement public à caractère industriel et commercial) du Pays d’Uzès. « Il a beaucoup travaillé avec Jean-Luc Chapon. C’est une personne modérée à l’image de ma liste », poursuit-il. La quatrième position est occupée par la maire de Laval-Saint-Roman, Muriel Roy-Cros. Pour fermer la marche, le premier adjoint de Saint-Christol-les-Alès, Henri Francès, a accepté de prendre la cinquième place. 

Des rencontres et autres réunions publiques sont prévues par la liste. « Sur le terrain, nous avons plutôt un bon accueil, soutient Stéphane Cardenes. Mes concurrents, que ce soit à Droite ou à Gauche, sont marqués par les clivages et divisions. Quant à comparer le Sénat à un Ehpad (*) et vouloir s’y présenter, c'est vraiment indécent », conclut celui qui espère, le 27 septembre, créer une nouvelle surprise. 

CM

coralie.mollaret@objectifgard.com 

* Lors d’une conférence de presse, le candidat socialiste Alexandre Pissas a affirmé que « lorsque j’ai demandé à Denis Bouad s’il souhaitait être sénateur, il m’a répondu qu’il ne voulait pas aller dans un Ehpad ! »

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité