Politique

SÉNATORIALES Les coulisses des élections du 27 septembre 

Image d'illustration

Garante de la démocratie, la préfecture du Gard prépare le scrutin du 27 septembre, de l’enregistrement des candidatures à la proclamation publique des résultats. 

C’est au rez-de-chaussée, rue Guillemette, que les gardiennes de la démocratie gardoise sont postées. Deux fonctionnaires dont on taira l’identité mais pas le travail. Depuis lundi, les candidats aux Sénatoriales peuvent déposer leur liste en préfecture. Celle-ci doit être composée de cinq personnes (trois candidats et deux suppléants), respectant la stricte parité. 

1 911 grands électeurs

Le Gard dispose de trois sièges au Sénat qui compose avec l’Assemblée nationale le pouvoir législatif français. En clair : ceux qui votent les lois… Ces trois parlementaires seront élus le 27 septembre prochain par un collègue de 1 911 grands électeurs (élus municipaux et leurs délégués, conseillers départementaux, régionaux et parlementaires, NDLR). Le vote est obligatoire et toute absence doit être sérieusement motivée, sous peine de 100€ d’amende. 

Contrairement à ce que l’on croit, les prétendants au Palais du Luxembourg n’ont ni l’obligation d’être élu, ni celle d’habiter le Gard pour candidater. Pour preuve : le sortant Simon Sutour est sénateur depuis près de 20 ans sans être élu localement ! Enfin, crise sanitaire oblige, seuls deux candidats sont autorisés à enregistrer leur liste en préfecture. En 2014, date des dernières Sénatoriales, six listes ont été déposées. Le mandat d'un sénateur dure neuf ans. 

Proclamation publique 

Le jour de l’élection, sept bureaux de vote seront installés en préfecture. Pour éviter les contacts, ces derniers seront dispersés aux quatre coins du bâtiment public. Chacun des bureaux sera présidé par un élu accompagné de deux assesseurs ; également élus. Le tout sera coordonné par un magistrat, désigné par la cour d’appel. À noter que le mode de scrutin se déroule sur un tour à la proportionnelle. Après le dépouillement, les résultats seront proclamés publiquement devant la préfecture avec sono et micro. De quoi faire publiquement des heureux et... des malheureux. 

CM

coralie.mollaret@objectifgard.com 

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité