Politique

NÎMES MÉTROPOLE Comment réduire nos déchets au quotidien ?

À l'incinérateur, les déchets sont stockés dans une fosse (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Chaque habitant produit en moyenne 286 kilos d’ordures ménagères par an. Avec la hausse de la population et celle de la taxe sur les produits polluants, le coût du traitement des déchets est malheureusement voué à augmenter… Des solutions sont à trouver.

Avec environ 40 M€ chaque année, le budget de traitement des déchets est conséquent. Cette année, les élus de l’Agglo augmenteront le taux de Teom (Taxe d'enlèvement des ordures ménagères) d’un point, afin d'équilibrer dépenses et recettes. « Ça permettra de récolter 3,1 M€ par an. Sur la feuille d’impôt, ça représente 30€ par an et par foyer fiscal pour une maison avec piscine et 8€ pour un studio. Ce n’est même pas le prix d’un paquet de cigarette ! », vulgarise Bernard Angelras, vice-président de Nîmes métropole, délégué à l'Environnement, aux déchets, à la collecte et au traitement.

Pourquoi une telle régularisation ? Ramené à 10,71% en 2016, les recettes de ce taux de Teom ne suffisent pas à répondre aux dépenses annuelles. Pour 2021, le déficit s’élèverait à 2,3 M€. Sacré découvert. Toutefois, ce n’est pas le seul problème. L’État va en effet augmenter cette année la TGAP (taxe sur les produits polluants) de 700 000€. Une hausse qui se poursuivra ces prochaines années « pour atteindre en 2025, une taxe de 15€ par tonne incinérée et 65€ par tonne enfouie. » Les impôts pleuvent sur nos poubelles !

Aujourd’hui, « un habitant produit 589 kg de déchets par an, dont 286 kilos d’ordures "déchet ménager" », indique l’élu. En tenant compte du nombre d’habitat en augmentation, notamment en période estivale, le traitement des déchets est un véritable défi. Surtout que la municipalité de Nîmes est fermement opposée à la création d’un deuxième four d’une capacité de 40 000 tonnes par an. Une structure qui aurait pu venir en renfort de l’incinérateur, brûlant chaque année 110 000 tonnes de déchets. On rappelle qu'une tonne incinérée coûte à la collectivité 80€ contre un peu plus de 100€ pour une tonne enfouie. 

Un plan de prévention en préparation

L’Agglo souhaite, elle, innover et mettre le cap sur « la réduction à la source des déchets. » Un plan de prévention est en train de se mettre sur pied. Sachant que l’État a affiché un objectif de 10 % de réduction d’ici 2023. « Nous devons travailler sur la réduction des biodéchets, la réparation ou le réemploi dans les nouvelles déchetteries, la lutte contre le gaspillage alimentaire, la mise en place de composteurs individuels ou collectifs », énumère Bernard Angelras. Avant d’économiser, l’Agglo va donc devoir dépenser et surtout, viser juste dans les solutions qu'elle propose.

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com 

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité