A la uneActualitésPolitique

ÉDITORIAL Le « Centrisme » a-t-il encore un avenir dans le Gard ?

De gauche à droite : Yvan Lachaud, Philippe Ribot, Thierry Procida (Photo : droits réservés / Objectif Gard)

Entre l’arrivée d’En Marche et la récente défaite de l'ex-patron de l’UDI (*), Yvan Lachaud, aux Municipales à Nîmes, la formation est en perte de vitesse.

Il fut un temps où « être centriste », ça avait du chien. Une mode encore plus décoiffante que la coupe de cheveux de Jean-Louis Borloo ! Rappelez-vous, lors des repas de famille : votre gendre, jeune cadre dynamique, étalait avec appétit ses nouvelles convictions. L’UDI ? Un parti nouvelle génération, alliant la méritocratie de la Droite à l’humanisme de la Gauche. Ce « en même temps » ne vous rappelle rien ? Chez les Centristes, les vrais, il y a ce souci de rendre justice au malheureux François Bayrou, ex-candidat à la Présidentielle 2007. Après tout, la crise des subprimes de 2008 a donné raison à l’ex-maire de Pau qui prônait, un an avant, l’urgence de redresser les comptes publics. Il y a aussi les amoureux de l’histoire, ragaillardis par les reportages sur les avancées sociales du regretté « VGE » (Valéry Giscard d’Estaing) telles que la majorité à 18 ans, la libéralisation de la contraception et la dépénalisation de l'IVG. Reste qu’après l’avènement d’Emmanuel Macron, le parti a du plomb dans l’aile. Ils sont nombreux, ces gendres des repas dominicaux, à préférer se mettre En Marche. Sans compter qu'à Nîmes, la défaite aux Municipales de l'ex-patron de l’UDI dans le Gard, Yvan Lachaud, a laissé orphelin les derniers convaincus du centrisme. Comme si l'UDI n'avait servi qu'à nourrir les ambitions personnelles du directeur de d'Alzon au lieu d'infuser sur le territoire une véritable idéologie. À présent, une nouvelle séquence s'ouvre avec les élections départementales de juin prochain. Elles rappellent que le Gard dispose encore de sept élus « Centristes. » Parmi eux : Philippe Ribot, maire de Saint-Privat-des-Vieux. Ce sexagénaire en pleine ascension vient d’être élu président des maires du Gard et s’apprête à partir en campagne avec sa binôme Les Républicains, Valérie Meunier, sur le canton d'Alès 2. À Nîmes, le sort du nouveau président de l'UDI, Thierry Procida, semble plus incertain. Le maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier, entend lui faire payer sa fidélité à Yvan Lachaud. Et aucun de ses collègues centristes n'est prêt à se mouiller pour sauver sa peau... La vague électorale rafraîchira donc sûrement l'échiquier politique. Aux survivants d'élaborer une vraie stratégie au-delà de l'assurance de leur carrière politique...

Coralie Mollaret

(*) Union des démocrates et indépendants

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

1 commentaire sur “ÉDITORIAL Le « Centrisme » a-t-il encore un avenir dans le Gard ?”

  1. Je suis étonnée de 2 chose : 1) pas de femmes dans votre article. Pourtant il me semble qu’il y’a des femmes centristes. 2) que vous ne citiez pas LREM comme étant des centristes et la aussi il y a des femmes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité