Bagnols-UzèsPolitique

DÉPARTEMENTALES Bagnols : Claude Roux et Maria Seube candidats centristes

Marie Seube et Claude Roux, candidats du Centre aux départementales sur le canton de Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Maria Seube et Claude Roux entourés de leurs remplaçants Bernard Ducros et Patricia Garnero (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Après avoir déjà tenté sa chance en 2015 sous les couleurs du parti centriste de l’UDI, le Bagnolais Claude Roux, ancien élu d’opposition à la mairie, est de nouveau candidat sur le canton de Bagnols pour les départementales des 20 et 27 juin prochain. Son binôme est la maire de Gaujac, Maria Seube. 

En 2015, Claude Roux et celle qui est entretemps devenue maire de Saint-Étienne-des-Sorts Patricia Garnero portaient la même écharpe bleu ciel, celle du « Bon sens républicain », qui regroupait les candidats de la Droite et du Centre. Maria Seube était elle avec Alexandre Pissas, le maire de Tresques parti en dissidence du PS, et Sylvie Nicolle, la maire de Sabran, en tant que remplaçante. Finalement, le binôme Pissas-Nicolle l’avait emporté. 

Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts, et Maria Seube, 66 ans, est désormais la binôme de Claude Roux, 55 ans, pour incarner une candidature au Centre. « Je n’étais pas avec Alexandre Pissas, j’étais avec Sylvie Nicolle, en tant que personne apolitique, et nous nous sommes retrouvés dans un groupe, justifie la maire de Gaujac. Depuis 2015 l’échiquier politique a beaucoup changé, les socialistes m’ont déçu, depuis 2017 ma sensibilité est au Centre, mais je ne suis pas LREM. » Du reste, ni les deux candidats ni leurs deux remplaçants, Patricia Garnero et le maire d’Orsan Bernard Ducros, 59 ans tous les deux, ne sont chez la République en Marche. 

Claude Roux fait partie du Mouvement radical, issu de la fusion du Parti radical de gauche et du Parti radical valoisien et Patricia Garnero d’Agir, le parti issu de la frange centriste des Républicains. Maria Seube et Bernard Ducros ne sont quant à eux pas encartés. Tous se revendiquent de tendance centriste donc. Ils seront soutenus pour cette campagne, outre par le Mouvement radical et Agir, par LREM, « qui nous apporte son soutien, mais soutien et appartenance sont deux choses différentes », précise Claude Roux. Leur candidature revendique le soutien de la majorité municipale bagnolaise, du président de l’Agglo du Gard rhodanien Jean-Christian Rey et du député Anthony Cellier, et attend le soutien de l’UDI également. 

Voilà pour le positionnement sur l’échiquier politique. Claude Roux et Maria Seube vont désormais essayer de ravir le canton de Bagnols à Alexandre Pissas et Sylvie Nicolle, dont ils critiquent le bilan : « on reste sur notre faim », « on ne sait pas trop ce qui a été fait pour le canton. » Claude Roux l’affirme : son équipe, dont les trois quarts sont maires, est composée « de gens de terrain, ce qui nous importe c’est le bien-être de nos concitoyens », en opposition à des candidats du Rassemblement national « qui ne sont pas issus du terroir », dit-il. 

Claude Roux veut ratisser large : « nous allons du social de Centre-gauche à l’économie de Centre-droit, sans oublier la sécurité et l’environnement, qui ne sont pas l’apanage du RN et de la Gauche. » Il faut dire que pour l’heure, sur ce canton, seuls sont candidats le binôme PS sortant, le RN et donc le Centre, mais pas la Droite. Il y a donc des voix à aller grappiller, avec un positionnement centriste ouvert « à tous ceux qui veulent que notre territoire retrouve de l’orgueil », affirme Claude Roux, « le Gard rhodanien est un peu le laissé pour compte du département, il faut lui redonner du lustre, de la fierté, qu’il puisse être traité à égalité », complète Bernard Ducros. 

Le programme sera dévoilé plus tard, promettent-ils, avant d’en donner les grandes lignes : « le social et sanitaire, le tourisme et l’environnement, l’économie au sens large, l’éducation et la sécurité, en pensant aux pompiers », balaie Claude Roux. Maria Seube estime pour sa part que « sur le social, il faut continuer à accompagner, mais mesurer le denier public. » « Il faudra faire mieux avec les mêmes moyens », avance Bernard Ducros. Maria Seube veut aussi « augmenter la dotation des collèges », « poursuivre les aides aux communes » ou encore « faire un maillage sérieux de maisons en partage pour nos aînés dans le département et sur notre canton. » 

« Au niveau des déplacements doux, il y a un gros trou dans la raquette ici », rajoute Claude Roux. De quoi rajouter à l’impression des candidats, résumée par Patricia Garnero : « notre canton est trop souvent oublié. »

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Articles similaires

Un commentaire

  1. Un canton, un de plus espérons, où pas de LREM. Et tant mieux. Ainsi, ils gardent leurs chances pour espérer afFRONTer le RN. Et là, rien n’est gagné. Malheureusement, des candidatures sincères paieront les frais d’une politique gouvernementale et présidentielle orgueilleuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité