ÉducationSantéSociété

NÎMES Les AESH mobilisés pour moins de précarité

Les manifestants devant la préfecture du Gard (photo Norman Jardin)
Les manifestants devant la préfecture du Gard (photo Norman Jardin)

Après la mobilisation du 8 avril, les accompagnants d'élèves en situation de handicap (AESH) étaient une nouvelle fois dans la rue ce jeudi. À Nîmes, ils étaient une soixantaine devant la préfecture du Gard pour réclamer de meilleures conditions de travail.

« Nous demandons la fin de la précarité forcée pour les personnels accompagnants les élèves en situation de handicap. Ces personnes travaillent 24h par semaine pour un salaire de 760€ net par mois. Elles sont 1700 dans le Gard et elles demandent une reconnaissance de leur métier. C’est un sujet que nous portons au plan national, il y avait 40 personnes à Alès et environ 65 à Nîmes, c’est déjà bien pour un mois de juin. Il y a aussi des professeurs des lycées et des écoles qui soutiennent le mouvement », explique Emmanuel Bois, le secrétaire départemental FSU (Fédération Syndicale Unitaire).

Les AESH demandent de meilleures conditions de travail (photo Norman Jardin)

Les personnels de l’éducation étaient accompagnés par des familles d’élèves demandant que les AESH soient intégrés dans la communauté éducative et reconnus par un temps complet et un salaire revalorisé. Une délégation de trois personnes composée des syndicats FSU, Solidaires et FO a été reçue en Préfecture.

Norman Jardin

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité