Bagnols-UzèsPolitique

ARGILLIERS Pourquoi la municipalité veut changer de communauté de communes

La commune d'Argilliers, qui compte un peu moins de 500 habitants, fait partie de la CCPG et veut rejoindre la CCPU. (Marie Meunier / Objectif Gard)

La communauté de communes Pays d'Uzès (CCPU) comptera-t-elle bientôt une 34e commune ? C'est en bonne voie. Depuis plusieurs années déjà, la commune d'Argilliers souhaite quitter la communauté de commune du Pont du Gard (CCPG) pour rejoindre la CCPU. 

Lundi soir, lors du conseil communautaire de la CCPU, une délibération a été votée à l'unanimité pour étendre le périmètre communautaire à la commune d'Argilliers dès le 1er janvier 2022. Une demande recevable puisque la commune touche le périmètre de la CCPU, qu'elle fait partie du périmètre du PETR Uzège-Pont du Gard et dispose d'un SCoT identique à celui de la CCPU. De plus, le siège du Sictomu, syndicat de gestion des déchets qui s'étend sur les deux EPCI, est basé à Argilliers.

"On est à la mi-temps d'un processus. La commune a saisi la préfète du Gard qui sera tenue de réunir la commission restreinte de coopération intercommunale. C'est cette commission qui délibérera favorablement ou pas sur cette adhésion. Mais la position de la préfète est de suivre l'avis de la commission et de la commune qui fait la démarche", explique le président de la CCPU, Fabrice Verdier. Le changement est donc plutôt bien parti.

C'est la troisième fois que la commune d'Argilliers fait la demande pour rejoindre la CCPU, comme l'explique le maire, Laurent Boucarut : "La première fois, c'était en 2011 au moment où le préfet devait définir son schéma départemental de coopération intercommunale. C'était l'époque où les communautés de communes étaient petites et où certains villages n'avaient pas d'appartenance. Il était évoqué la possibilité de regrouper les communautés de commune de l'Uzège, du Grand Lussan et du Pont du Gard. Les deux premières étaient d'accord, mais les communes de la CCPG ne l'étaient pas, sauf Argilliers qui avait dû rester."

"Uzès, c'est notre bassin de vie"

Cinq ans plus tard, révision du schéma départemental de coopération intercommunale. La commune d'Argilliers retente sa chance pour rejoindre la CCPU, tout comme Vers-Pont-du-Gard. Cela a de nouveau été refusé.

Depuis, une réforme a été engagée avec la loi "Engagement et proximité". Cette dernière laisse un peu plus de marge de manœuvre pour les communes qui souhaitent rejoindre d'autres intercommunalités. "Il suffit que la communauté de communes d'accueil soit d'accord. Et la commune peut se passer de l'avis de la communauté de communes qu'elle quitte", précise Laurent Boucarut.

Alors pourquoi vouloir intégrer la CCPU ? "Uzès, c'est notre bassin de vie, on est à 6 km. Fin 2020, l'Insee a publié une étude sur les aires urbaines. Il est indiqué que plus de 15% de la population d'Argilliers travaille à Uzès. Ça a du sens et ça apporterait une meilleure cohérence", soulève le maire.

Il assure ne pas en faire "une affaire politique" mais se retrouve bien dans la politique menée par la CCPU : "Il y a déjà un projet de territoire existant. On a su faire à la CCPU du développement économique, contrairement à la CCPG où cela n'a jamais été fait. Depuis la fermeture de la centrale d'Aramon, on vit sur nos ressources avec un budget qui baisse d'année en année. On n'a pas su créer de nouvelles richesses à la CCPG." La décision devrait être connue dans les prochains mois.

Marie Meunier

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité