Bagnols-UzèsPolitique

DÉPARTEMENTALES Uzès : Jérôme Maurin et Nathalie Rayssiguier, un binôme sous la bannière présidentielle

Quatre binômes se présentent sur le canton d'Uzès aux élections départementales qui se dérouleront les dimanches 20 et 27 juin. Parmi eux, celui formé par Jérôme Maurin et Nathalie Rayssiguier et qui part sous la bannière La République en Marche. C'est le seul binôme du Gard à bénéficier de l'étiquette majorité présidentielle avec Valérie Rouverand sur Nîmes 3. 

Alors, est-ce porteur de se présenter sous La République en Marche ? Surtout dans le canton où se présente aussi Denis Bouad, ancien président du Département et désormais sénateur. "On est peut-être là où on ne nous attend pas et ça peut surprendre. (...) Je suis adhérent à LREM depuis 2020 et maintenant animateur du comité local. Après une réunion départementale, on m'a proposé de candidater sous l'étiquette. J'ai accepté et sans cela, je ne me serais peut-être pas présenté", atteste Jérôme Maurin. S'il a accepté, c'est aussi parce qu'il retrouvait dans le parti présidentiel ses valeurs, ses idées. Qu'importe la réputation du parti macroniste dans l'opinion publique, il assume son appartenance.

Jérôme Maurin est présent dans le paysage uzétien depuis 1993. Cet ingénieur chimiste au CEA Marcoule de 55 ans a été adjoint à l'Environnement puis à l'Urbanisme dans l'équipe de Jean-Luc Chapon avant de partir en dissidence. Il est depuis 2014 conseiller municipal d'opposition. Il a également présidé pendant 13 ans le comité des fêtes et co-fondé le festival les Electros d'Uzès.

Nathalie Rayssiguier (non-encartée) a accepté de compléter le binôme. Native de Saint-Siffret, elle est élue à la mairie depuis 2001. D'abord dans la majorité comme adjointe aux Affaires scolaires et à la Communication, et désormais dans l'opposition (après avoir perdu à 11 voix près l'élection municipale de 2020). Elle aussi compte un long engagement associatif que ce soit au sein des parents d'élèves, en sport ou dans la culture...

"On y croit. On est force de propositions"

Tous deux seront suppléés par Jean-François Lataste, 70 ans, conseiller territorial LREM, ancien cadre dirigeant dans le commerce, et par Catherine Domergue, 54 ans, ingénieure sécurité et environnement à Marcoule et animatrice du Comité LREM. L'équipe est aussi soutenue par le Modem et Territoires de progrès.

La liste se veut "optimiste" mais lucide pour le premier tour du scrutin : "Le RN va fait autour de 30-35%, Denis Bouad va faire autant. Il reste 30-40% à prendre. Espérons qu'on récolte le maximum des voix face à la liste de Jacques Caunan", explique Jérôme Maurin. Quitte à se maintenir et à se rassembler pour le second tour. "Si le RN est en position de gagner le Département, nous nous allierons aux forces en face qu'elles soient de gauche ou de de droite", projette-t-il.

Mais le candidat l'assure : "On ne se présente pas à une élection pour faire de la figuration. On y croit. On est force de propositions. On a sollicité tous les maires du canton pour les rencontrer et écouter leurs désideratas, leurs difficultés..."

"Il y a actuellement un grand souci dans l'accueil de la population vieillissante"

Le binôme veut apporter de nouvelles idées au Département, tout en continuant l'action sociale. Nathalie Rayssiguier veut travailler sur l'autonomie des personnes âgées et favoriser au maximum le maintien à domicile avec des logements adaptés : "Il y a actuellement un grand souci dans l'accueil de la population vieillissante. Mais il faut encore développer les Marpa (Maisons d'accueil et de résidences pour l'autonomie, ndlr)." Elle ajoute : "Quand on a un parent à des dizaines de kilomètres de chez soi en Ehpad, on ne peut pas aller le voir tous les jours. Cela engendre un manque."

La candidate imagine aussi des bus itinérants pour aller jusqu'aux administrés qui ont besoin d'aide pour effectuer leurs démarches administratives et aussi prolonger les aides aux agriculteurs qui se convertissent en bio. Jérôme Maurin aimerait davantage de sensibilisation aux usages numériques auprès des collégiens et pourquoi pas, créer un campus de formation sur le canton. Il souhaite encore élargir le parc de logements sociaux "surtout dans notre canton où le prix au m2 est élevé."

Côté mobilités, le binôme veut développer le maillage de voies vertes et remet sur le tapis le contournement d'Uzès. Et il imagine aussi un pass culture/sport pour les collégiens du Département qui permettrait aux élèves d'aller au cinéma, au théâtre, de s'inscrire à une activité sportive... Un peu à l'image du pass culture mis en place par le président de la République.

Marie Meunier 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité