Alès-CévennesGardPolitique

EXPRESSO Max Roustan candidat aux législatives ? Et si c’était vrai…

Max Roustan, président d'Alès Agglomération. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Max Roustan, président d'Alès Agglomération. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Max Roustan (Photo Tony Duret / Objectif Gard)

Le maire d'Alès, Max Roustan, certainement l'élu le plus populaire des Cévennes, pourrait caresser l’idée de se représenter à l’Assemblée nationale sur la 4e circonscription du Gard. C’est du moins ce que laisse entendre une partie de son entourage…

Info ou intox ? À l’heure où le mundillo politique se met en marche (sans mauvais jeu de mot) en vue des échéances de 2022, les rumeurs vont bon train. Depuis quelques semaines, l’une d’entre elles est persistante. Elle concerne le maire d’Alès, Max Roustan, réélu l’an dernier pour un cinquième mandat. Selon une partie de son entourage, le septuagénaire pourrait se présenter aux élections législatives sur la 4e circonscription. Une circonscription qu’il connaît comme sa poche puisqu’il en a déjà été le député pendant dix ans, de 2002 à 2012, avant d’être déboulonné par le socialiste Fabrice Verdier, dans la vague de la victoire de François Hollande à la présidentielle.

Plus qu’une ambition personnelle, il semblerait plutôt que ce soit sa famille politique qui pousse sa candidature. Pour la Droite, Max Roustan est la meilleure chance de reconquérir ce territoire. Aux législatives, si le résultat de l’élection est souvent conditionné à celui de la présidentielle, la baisse de participation pourrait avantager les partis implantés sur le territoire. C'est ce qu'ont démontré dernièrement les élections départementales et régionales. Mais ce n’est sans doute pas la seule raison. En cas de victoire, Max Roustan devrait céder son fauteuil de maire. Une aubaine pour le président d’Alès Agglo, Christophe Rivenq, pouvant ainsi devenir calife à la place du calife avec quelques années d'avance.

Enfin, certaines langues estiment que sa candidature tuerait dans l’œuf celle du maire UDI de Saint-Privat-des-Vieux, Philippe Ribot. Réélu maire, conseiller départemental du canton et président de l’association des maires du Gard, il est l'étoile montante du centrisme gardois. « Dans le cadre des accords entre l’UDI et la Droite, la candidature de Philippe Ribot pourrait être préférée à celle de Pierre Martin qui a été mis au placard à la mairie d'Alès », commente une source. En politique, c'est courant, certains préfèrent se prémunir de leurs amis que de leurs ennemis.

Reste à savoir ce qu'en pense l'intéressé ? Max Roustan a toujours été imprévisible, un véritable électron libre. À 77 ans, il n'est vraiment pas sûr que Max Roustan, déjà las de la mairie, s'engage dans une nouvelle bataille législative. En attendant, la commission d’investiture Les Républicains souhaite investir le plus tôt possible ses candidats. La réunion du 20 octobre sur le sujet ayant été repoussée à la demande des instances locales.

CM

coralie.mollaret@objectifgard.com

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité