Publié il y a 1 an - Mise à jour le 04.04.2023 - Corentin Migoule - 2 min  - vu 671 fois

ALÈS L'école maternelle Marie-Curie bloquée par une poignée de parents

manif école

Quelques parents d'élèves ont bloqué l'école Marie-Curie ce mardi.

- Corentin Migoule

Ce mardi 4 avril, l'entrée de l'école maternelle Marie-Curie d'Alès est bloquée par une poignée de parents d'élèves protestant contre la fermeture programmée d'une classe à la rentrée prochaine. 

Ils ont mis du temps à se mettre en route mais ont fini par se décider à employer les grands moyens. Après avoir appris mi-février la fermeture programmée d'une des trois classes de l'école maternelle Marie-Curie, située rue Maximin-Dombres, dans le quartier des Plans d'Alès, les parents d'élèves ont d'abord lancé une pétition qui, à ce jour, a déjà recueilli plus de 60 signatures.

Ils sont passés à la vitesse supérieure ce mardi 4 avril, bravant dès l'aube le froid matinal pour apposer une chaîne sur le portail d'entrée de l'école, condamnant de fait l'accès aux salles de cours. Une initiative portée par une poignée de parents, dont certains membres de l'association des parents d'élèves (APE) qui a revu le jour en début d'année scolaire.

manif école
Quelques parents d'élèves ont bloqué l'école Marie-Curie ce mardi. • Corentin Migoule

Les parents d'élèves avaient été prévenus à l'avance de cette action et de l'absence d'accueil d'enfants ce mardi 4 avril. Aucun n'a d'ailleurs tenté de déposer son enfant à l'école ce matin. Après avoir adressé à l'Inspection académique un courrier resté depuis sans réponse, les réfractaires à cette fermeture de classe avaient convié la presse locale pour donner de l'écho à leurs doléances qui s'inscrivent dans un contexte particulier.

"On est très satisfait de cette école. Il y a des effectifs agréables, des classes qui vont bien et un climat serein. Les enfants rentrent à la maison contents et apaisés. Et le rythme de l'enfant est bien pris en compte", expose en premier lieu Laure, maman et coorganisatrice du rassemblement. Mais cet équilibre sera bouleversé avec la fermeture de l'une des trois classes qui fera grimper les effectifs "à 27 ou 28 élèves par classe". Car "à deux enfants près", à la rentrée prochaine, le nombre d'élèves scolarisés à l'école maternelle Marie-Curie sera "équivalent" à celui de septembre dernier.

chaîne
Une chaîne a été enroulée autour du portail de l'école. • Corentin Migoule

Par ailleurs, cette fermeture de classe occasionnerait un passage inédit à des classes à double niveau, tandis que l'école maternelle comporte "des élèves à besoins particuliers", dont deux élèves sujets à des troubles autistiques. "Il y a aussi des élèves qui ne parlent pas français quand ils arrivent en petite section", prévient Laure, qui parle d'un "contexte social particulier" dans ce quartier alésien où les logements sociaux sont majoritaires. "On pourrait presque être classés en zone en REP (réseau d'éducation primaire, NDLR)", rajoute la maman.

Papa d'un enfant scolarisé en grande section, Sylvain était là aussi dès l'aube ce mardi. "La transmission des savoirs va en pâtir", craint-il. À la rentrée prochaine, Mathis, son fils, intègrera l'école primaire voisine qui, elle, ne sera pas amputée d'une fermeture d'une classe. "Mais à terme, on sait que cette fermeture aura des répercussions sur l'école primaire qui passera sûrement de cinq à quatre classes", anticipe le père de famille.

logements sociaux
Les logements sociaux bordent l'école Marie-Curie. • Corentin Migoule

S'il évoque une équipe enseignante "jeune" et appréciée de la majorité des parents, le dernier nommé rapporte "l'agression verbale" récente dont a été victime la directrice de l'école par une maman mécontente de la punition infligée à son enfant. "L'année prochaine, des tensions de la sorte pourraient se multiplier", échafaude Sylvain. 

En milieu de matinée, l'équipe enseignante recevait la visite de deux membres d'une commission de l'Inspection académique venus de Nîmes. Sous un soleil réchauffant, les parents d'élèves mobilisés prévoyaient de tenir a minima toute la journée. "Si on veut que ça fonctionne, il faut qu'on tienne plusieurs jours", se projetait Laure.

Corentin Migoule

Éducation

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio