Bagnols-Uzès
Publié il y a 8 mois - Mise à jour le 15.03.2022 - thierry-allard - 2 min  - vu 304 fois

PONT-SAINT-ESPRIT Grève très suivie à l’IME de la Barandonne

Ce mardi matin, sur le piquet de grève de l'IME de la Barandonne, à Pont-Saint-Esprit (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Ce mardi matin, sur le piquet de grève de l'IME de la Barandonne, à Pont-Saint-Esprit (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Une journée de mobilisation se tenait ce mardi dans le secteur du social et du médicosocial au niveau départemental. Un débrayage était ainsi organisé de 11 heures à 14 heures à l’institut médico-éducatif (IME) de la Barandonne, à Pont-Saint-Esprit. 

Voilà deux ans que le secteur du social et du médicosocial se mobilise à intervalles réguliers, notamment pour revendiquer des hausses de rémunération et des moyens supplémentaires. Alors ce mardi, il s’agissait plus « d’une piqûre de rappel, pour rappeler que la colère est toujours là », lance un représentant du Collectif du travail social du Gard, qui appelait à la grève avec SUD santé-sociaux, la CGT et la CNT30. Une grève très suivie, avec une quinzaine de participants au débrayage. 

« Les 183 euros du Ségur ne sont pas attribués à tous. Nous nous opposons également à la convention collective unique et nous demandons des moyens supplémentaires, des embauches, et l’ouverture de structures notamment adultes dans le handicap », poursuit-il. La question d’une prime pouvoir d’achat, certains salariés venant de loin, se pose également avec la hausse du prix des carburants. « Ce matin la grève, c’est tout le monde, pas que les éducateurs. Il y a aussi les plus petits salaires exclus du Ségur », poursuit le représentant du collectif.

D'autres mobilisations à venir 

Parmi les grévistes, il y a Jessika, éducatrice technique en peinture depuis quelques mois. « J’étais artisan. Ici les revenus ne sont pas les mêmes et je suis bluffée par le manque de personnel et la faiblesse des rémunérations par rapport à l’investissement du personnel », dit-elle sans détour, tout en précisant qu’elle ne « regrette pas » son choix de venir travailler dans le médicosocial. 

Autre sujet, la réintégration de salariés suspendus car non-vaccinés contre le covid. C’est le cas de Mme X, psychomotricienne à l’IME de la Barandonne, suspendue depuis novembre. « Depuis que je suis suspendue, les soins des jeunes le sont aussi. Le soin est continuellement soumis à des ruptures à tous les niveaux », affirme-t-elle. 

Plus globalement, « on nous demande sans arrêt de venir combler des manques, ce n’est pas tenable », ajoute Mme X. Outre l’IME de la Barandonne, celui des Violettes, à Bagnols, l’ITEP des Garrigues à Sanilhac-Sagriès, l’Association d’aide au logement à Nîmes et le foyer d’accueil médicalisé ARTES de Boisset-et-Gaujac ont participé à cette journée de mobilisation. Et il y en aura d’autres. Au niveau national, les dates du 31 mai et du 1er juin ont d’ores et déjà été calées. 

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

Bagnols-Uzès

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais