Gard
Publié il y a 20 jours - Mise à jour le 13.02.2024 - Sabrina Ranvier - 6 min  - vu 1779 fois

FAIT DU JOUR Conseillers municipaux, adjoints, maires : la valse des démissions

Photo d'illustration. 171 adjoints ont démissionné entre 2020 et 2023. Ils étaient 214 à l'avoir fait sur les six années du précédent mandat. Du côté des maires, le mandat 2014-2020 a enregistré 30 démissions. On en est pour l'instant à 18 sur la période 2020-2023. Deux de plus sont prévues début 2024. 

- Yannick Pons

Aux urnes citoyens ! Plus du tiers du conseil municipal de Saint-Florent-sur-Auzonnet a démissionné. Les électeurs font donc un retour à la case vote les dimanches 18 et 25 février. Alzon, Colognac et Belvezet ont déjà organisé des élections municipales partielles fin janvier. Les électeurs du Garn et de Saint-Étienne-des-Sorts sont convoqués les 3 et 10 mars. Depuis les élections municipales de 2020, organisées en pleine pandémie, 951 conseillers municipaux, 171 adjoints et 18 maires gardois ont lâché leur mandat. Que se passe-t-il ? Patricia Garnero, maire de Saint-Étienne-des-Sorts, était épuisée d’une cohabitation difficile. Firmin Peyric, maire d’Aujac, avait du mal à concilier son mandat et sa vie professionnelle. Patrick Malavieille, maire historique de La Grand'Combe, avait prévenu qu’il céderait sa place à mi-mandat. « Chaque situation est une situation particulière en fonction de la vie du village, de l’équipe municipale, observe-t-il. Mais de manière générale, c’est quand même une mission de plus en plus difficile ».

Ces villages qui ont le mal de maire

Cohabitation chaotique, difficulté à cumuler vie professionnelle et mandat… 18 maires gardois ont rendu leur écharpe depuis 2020.

Trois élections municipales en quatre ans. À Saint-Étienne-des-Sorts, bourgade du Gard rhodanien, on se rend souvent derrière l’isoloir. Il y a eu une élection municipale partielle en 2022, une autre est prévue les 3 et 10 mars prochain. Plusieurs élus, dont la maire, ont démissionné.

« Je suis vaccinée pour la politique ». La réponse fuse sans la moindre hésitation. Patricia Garnero a renoncé en novembre à son mandat de maire de ce village gardois. C’était il y a un peu plus de deux mois. Mais quand elle en reparle, l’émotion voile encore sa voix. Élue conseillère municipale en 2008, elle devient première adjointe en 2014. Six ans plus tard, Didier Bonneaud, le maire du village, part monter une liste sur la commune voisine de Pont-Saint-Esprit. La liste de Patricia Garnero remporte quant à elle le scrutin à Saint-Étienne-des-Sorts. « Mon mandat s’est très bien passé jusqu’à ce que je perde mon premier adjoint du Covid », analyse-t-elle. En juin 2022, suite au départ de conseillers municipaux, de nouvelles élections sont organisées. Surprise : un visage réapparaît. L’ancien maire abandonne son poste dans l’opposition à Pont-Saint-Esprit pour monter une liste dans le village. Dans cette commune de 580 habitants, s’applique la règle du panachage. On a le droit de rayer les noms sur les listes. « Cela aboutit à des situations de conflit, pointe l’ancienne maire. Beaucoup de l’opposition m’ont mis des bâtons …

Il vous reste 80% de l'article à lire.

Pour continuer à découvrir l'actualité d'Objectif Gard, abonnez-vous !

Votre abonnement papier et numérique
à partir de 69€ pour 1 an :

  • Votre magazine en version papier et numérique chaque quinzaine dans votre boite aux lettres et en ligne
  • Un accès illimité aux articles exclusifs sur objectifgard.com
Sabrina Ranvier

Gard

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio