Article réservé aux abonnés
Publié il y a 8 mois - Mise à jour le 09.10.2023 - Sabrina Ranvier - 3 min  - vu 252 fois

LE DOSSIER Cévennes : cet internat où on se met au garde-à-vous (partie 1)

Le vendredi démarre par le levée des couleurs, suivi de la cérémonie de mise à l'honneur. les pensionnaires font le point dans chaque section puis effectuent des TEC (des travaux d'entretien). Cyprien nettoie ici les abords de l'établissement. 

- Sabrina Ranvier

Ils ronchonnent à propos des livres trop longs à lire, s’emportent contre les emplois du temps trop chargés. Chaque année en septembre, la très grande majorité des ados de 17 ans retournent au lycée. Mais que deviennent ceux qui ont décroché ? Après avoir lâché un bac pro commerce, Yanis a cumulé des petits boulots. Arthur, Andréa ou Sirine possèdent un baccalauréat. Mais ils ont dévissé en BTS ou dans l’enseignement supérieur. Déboussolés, déscolarisés, parfois empêtrés dans des situations familiales compliquées, ils ont tous choisi volontairement d’intégrer l’Epide à La Grand'Combe. Dans cet internat de la deuxième chance, les 17-25 ans portent un uniforme, chantent la Marseillaise le vendredi. Mais, surtout, ils comblent leurs lacunes scolaires, passent leur permis et construisent des projets d’insertion.

Sur mesure

Mais le but de cet internat n’est pas forcément de former des futurs membres des forces de l’ordre. Arthur Coulin partage la chambre de Yanis et Cyprien, pas leurs projets professionnels. Ce jeune homme élancé de 24 ans aimerait devenir monteur-réparateur vélo. Mais il creuse aussi une deuxième option : travailler dans l’environnement. Son regard part vers les collines de châtaigniers qui enserrent La Grand'Combe : « J’ai besoin de la nature. Je m’en rends compte maintenant. »

Arthur possède un bac pro économie du bâtiment obtenu au lycée Mistral à Nîmes. Il a ensuite tenté un BTS mais a lâché après deux premières années. « Après, je n’arrivais pas à faire grand-chose. J’ai fait de l’intérim. Je n’avais pas le permis. C’était laborieux… », reconnaît-il. Suite à une rupture amoureuse, il se retrouve dans la rue et se refuse à retourner chez sa mère …

Il vous reste 80% de l'article à lire.

Pour continuer à découvrir l'actualité d'Objectif Gard, abonnez-vous !

Votre abonnement papier et numérique
à partir de 69€ pour 1 an :

  • Votre magazine en version papier et numérique chaque quinzaine dans votre boite aux lettres et en ligne
  • Un accès illimité aux articles exclusifs sur objectifgard.com
Sabrina Ranvier

Gard

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio