Publié il y a 1 mois - Mise à jour le 24.04.2024 - François Desmeures - 2 min  - vu 196 fois

ANDUZE En cours de peinture intérieure, le temple devrait rouvrir avant la fin de l'été

Le chantier a perdu ses protections de bois depuis que l'échafaudage a été retiré

- François Desmeures

La restauration du temple a pris un peu de retard mais les fidèles et les touristes devraient le redécouvrir au mois d'août. Le chantier porte actuellement sur les peintures intérieures de l'édifice, après une petite pause cet hiver et l'installation des majestueuses verrières qui laissent entrer la lumière naturelle. 

Mis à part une plinthe périphérique plutôt ocre, qui court le long des murs du temple, le blanc restera la couleur dominante du temple • François Desmeures

La toiture a véritablement été achevée cet automne. Et tout l'intérieur était à faire. Si l'intention première était de rouvrir le temple pour pouvoir y célébrer Noël, quelques tensions sur le chantier et les habituelles découvertes inattendues au sein d'un édifice vieux de 200 ans ont retardé le tout. Mais, désormais, l'architecte des bâtiments de France qui suit le chantier, Alexandre Autin, est optimiste pour une ouverture à la fin de l'été. Ce qui devrait ravir le maître d'ouvrage, l'agglomération alésienne. 

Dans le temple, l'entreprise Récolor a fait entrer une nacelle, qui lui permet de travailler jusqu'aux plafonds. Et son travail de peinture est facilité par la lumière importante qui pénètre par les verrières, entièrement refaites par Thomas Vitraux, de Valence. "La lumière est importante parce, d'un point de vue pratique, explique Alexandre Autin, il fallait qu'il soit possibile de lire la bible". Le tout sans lumière artificielle. "Et comme nous avions une source iconographique des verrières, nous avons pu redessiner le motif rayonnant", se satisfait Alexandre Autin.

La nacelle installée dans le temple par l'entreprise de peinture Récolor • François Desmeures

Les murs doivent justement renvoyer cette lumière. D'où - après un badigeon de chaux - la pose d'une peinture très blanche, "sauf de petites couleurs ocres, comme pour la plinthe périphérique qui fait tout le tour du temple". Mais la voûte, elle, reste d'un blanc pur. 

Comme imaginé avant de se mettre à la tâche, une plus grande humidité des murs a été notée "dans les sous-bassements. Mais elle a été bien purgée par des mortiers qui piègent l'eau", explique l'architecte. Une humidité qui diminuera, de toute façon, quand le temple sera à nouveau exploité, ne serait-ce que parce que les verrières ne connaissent plus, désormais, de problèmes d'infiltration. Ce qui dégradait, également, des éléments de la corniche. 

Les verrières, dont les motifs rayonnants originaux ont pu être respectés • François Desmeures

Une fois les quatre mois de peinture achevées, il restera, "pour la première moitié de juillet, la mise en place des équipements et la mise en lumière artificielle", que réalisera l'entreprise Agniel. Quant aux équipements en bois, comme la chaire à prêcher ou les portes monumentales, c'est le menuisier Daniel Lutz qui s'en est occupé. 

Alors qu'il avait une réunion de chantier la semaine dernière, Alexandre Autin estimait la livraison du bâtiment restauré pour "les derniers jours de l'été", espérant même une date d'ouverture qui permettrait aux touristes d'y entrer dès la fin juillet. 

Le chantier a perdu ses protections de bois depuis que l'échafaudage a été retiré • François Desmeures

François Desmeures

Patrimoine

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio