Politique
Publié il y a 2 mois - Mise à jour le 05.12.2022 - François Desmeures - 1 min  - vu 1013 fois

ALÈS Christophe Rivenq en voie de créer son propre mouvement

Stoïque quand on l'interroge sur l'élection à la présidence de son parti, Les Républicains, Christophe Rivenq a lâché ce lundi matin qu'il s'apprêtait à lancer son propre parti "territorial".

Lors de l'interview qu'il avait accordé à Objectif Gard en septembre dernier, le président d'Alès Agglo ne cachait pas ses doutes sur les options envisagées pour la présidence de son parti Les Républicains, entre le conservatisme d'un Bruno Retailleau et l'identitarisme d'un Éric Ciotti. À la suite du premier tour, il se refuse à tout commentaire et préfère se projeter sur le mois de janvier. Il créera alors son propre mouvement, ou parti politique, un "parti des territoires", confie Christophe Rivenq. 

Refusant la définition "ni de Droite ni de Gauche", le président gardois des Républicains s'amuse à parler d'un parti "de drauche", en s'appuyant sur sa conviction que 90% des Français sont de Droite pour certains sujets, et ces mêmes 90% peuvent être de Gauche lorsque le sujet change. Une "drauche" qui correspondrait, selon Christophe Rivenq, à ses convictions souvent affirmées de "Gaulliste social".

"Ni conservateur", ni identitaire", le président gardois des Républicains ne se voit pas non plus démissionner immédiatement de son parti. "La politique de la chaise vide n'a jamais été ma volonté", souligne-t-il. Pour autant, il réfléchit pour savoir s'il se représentera à la présidence gardoise des Républicains, tout en rassurant : "Ça ne m'empêche pas de dormir non plus..."

François Desmeures

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais