PolitiquePolitique.

COUR D’APPEL. « Nîmes vivra », de « l’enfumage  » pour le sénateur-maire Jean-Paul Fournier

JP Fournier
Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes, en selle pour un troisième mandat. D.R/C.M

Mauvaise foi ou clairvoyance politique ? Après l'annonce depuis le Palais du Luxembourg -lieu familier à Jean-Paul Fournier - de la ministre de la Justice "qu'aucun site ne fermera, Nîmes vivra", le sénateur-maire de Nîmes est monté au créneau.

"Le sénateur Sutour a tenté en vain de faire plier Mme Taubira sur le projet de suppression de la Cour d’Appel de Nîmes. Celle-ci s’est livrée à une opération remarquable d’enfumage", vilipende le sénateur-maire, candidat à sa propre succession. "Dans son intervention, elle a simplement garanti qu’aucun « site judiciaire » ne fermerait. Il faut comprendre le sens de cette phrase dans un propos où la Ministre de la Justice ne s’est exprimée que sur les Tribunaux d’Instance ! (…) Dans ce bel exercice d’enfumage où Mme Taubira excelle, elle n’a pas fait usage de ce pouvoir, se contentant d’un simple « Nîmes vivra », ce qui, convenons-en, ne veut rien dire ".  

Et de conclure : "le Sénateur Sutour a simplement confondu son propre discours avec celui de la Garde des Sceaux. Il n’y a donc eu strictement aucun engagement autre que celui du maintien des sites judiciaires, ce que l’on savait depuis la publication du rapport Marshall et qui n’apporte aucune garantie sur les Cours d’Appel". La politique, un conflit perpétuel autour de notre cher et tendre sémantique ?

 

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

6 réactions sur “COUR D’APPEL. « Nîmes vivra », de « l’enfumage  » pour le sénateur-maire Jean-Paul Fournier”

  1. Notre maire sortant ne veut pas admettre cette victoire acquise par ses opposants. Son intérêt particulier (celui de tenter de se faire réélire malgré un bilan désastreux souligné par l’Express) l’empêche de voir la défense de l’intérêt général de préserver notre cour d’appel.

  2. C’est clair sur le compte rendu des débat c Taubira ne dit pas le moindre mot sur le devenir des cours d’appel et encore moins sur celle de Nîmes.
    Ce silence est bien la preuve d’un gros malaise…

  3. Méfions nous des déclarations de la ministre et restons vigilant. Effectivement les propos de la ministre ne sont pas très clairs, elle n’a jamais dit la cour d’appel de Nîmes vivra mais seulement Nîmes vivra. Cela veux dire quoi. Si une cour d’appel devait rester en Languedoc, pourquoi ne pas tout transférer à Nîmes. Pourquoi se serait toujours Montpellier la grande gagnante. Au nom de l’équilibre territorial je propose le maintien de la cour de Nîmes et la fermeture de celle de Montpellier. Regardons se qui se passe en paca. Pas de cour d’appel à Marseille (capitale régionale) mais 1 à aix. Bon restons sérieux, avec la fermeture de la cour de Nîmes je vous raconte pas l’engorgement des tribunaux de Montpellier et aix……

  4. Il est choquant de voir un homme politique condamné par la cour d’appel de Nîmes, donc deux fois (1ere instance et appel), donner son avis de spécialiste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité