Société

GARD Grève à France Bleu : toujours autant d’incertitudes

La rédaction de France Bleu. Au premier plan, la journaliste Sylvie Charbonnier. Photo Tony Duret / Objectif Gard
La rédaction de France Bleu. Au premier plan, la journaliste Sylvie Charbonnier. Photo Tony Duret / Objectif Gard
La rédaction de France Bleu. Au premier plan, la journaliste Sylvie Charbonnier. Photo Tony Duret / Objectif Gard

22ème journée de grève à Radio France, le plus long mouvement social connu par la « Maison Ronde ». A Nîmes, France Bleu Gard-Lozère, l’une des radios du groupe, est particulièrement affectée par cette grève historique.

L’incertitude règne dans les locaux de la radio France Bleu à Nîmes. Depuis 22 jours et le début de la grève de Radio France, plus rien n’est comme avant, tout est aléatoire, comme l’explique Fabienne Bureau, directrice de la maison : « Chaque matin, il y a un certain nombre de personnes qui se déterminent pour savoir si elles sont grévistes ou non. Il y a des jours sans antenne et d’autres où tout est normal. J’espère que l’on va pouvoir travailler normalement le plus tôt possible », souhaite la directrice.

Parmi les 31 salariés de l’entreprise, on compte entre 5 et 15% de grévistes. Deux d’entre eux, deux animateurs de la station, Rodolphe Faure et Delphine Soula, qui se mettent en grève par intermittence, reviennent sur le mouvement social : « Il existe une réelle menace de suppression de trois heures d’antenne l’après-midi, ce qui nous empêcherait de mener correctement notre mission de service public. Comment ferait-on en cas d’intempérie, en cas d’accident ? », interroge Delphine Soula. « L’autre menace provient de la réduction des effectifs, complète Rodolphe Faure. En dix ans, on a perdu 8% d’animateurs. Et trois nouvelles radios France Bleu ont été crées alors qu’il y a moins de salariés. Forcément, ça pose problème ».

Les auditeurs de la station auront la possibilité d’en savoir plus dès demain matin, vendredi 10 avril. France Bleu consacre son émission « antenne ouverte », à 8h10, sur les raisons de cette grève.

TD

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Articles similaires

2 commentaires

  1. Le meilleur service que ces porteurs de la bonne parole de gauche, serait qu’ils nous fassent faire l’économie de la redevance. On peut que souhaiter qu’ils ferment une antenne que personne n’écoute

  2. Bonjour,
    Merci pour votre article.
    Sachez qu’un « apéro-tchatche » est organisé demain (samedi) à 11h au Prolé, 20 rue Jean Reboul à Nîmes, pour rencontrer nos auditeurs. Toute l’équipe d’Objectif Gard est bien sure la bienvenue.
    A demain !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité