Politique

ALÈS Prud’hommes : le vice-président fait scandale

Audience solennelle ce lundi. EL/OG
Audience solennelle ce lundi. EL/OG

À l'occasion de la rentrée solennelle du conseil des prud'hommes, le vice-président - représentant des salariés - s'en est pris aux députés PS présents dans la salle. 

Ce lundi, séance solennelle pour la rentrée du conseil des prud'hommes. Dans l'assemblée, le procureur, le sous-préfet d'Alès, le maire Max Roustan, le député-candidat PS Fabrice Verdier (4e circonscription), la conseillère régionale et candidate socialiste Nelly Frontanau (5e circonscription), la conseillère départementale Isabelle Jouve. Le député PS William Dumas arrivera quelques minutes plus tard.

Représentant des salariés, le vice-président William Malavelle prend la parole avec la ferveur qu'on lui connait. Fustigeant tour à tour la réforme de la procédure prud'homale puis la loi Travail, l'élu s'adresse directement aux parlementaires qui ont voté le dernier texte, et ne prend volontairement pas de gants : "Votre lecture superficielle vous a conduit à n'en lire que l'article 6, à vous considérer, vous les représentants de la Nation, comme seul souverain". Et de conclure en citant Clémenceau : "En politique, on succède à des imbéciles et on est remplacé par des incapables".

Brouhaha dans la salle. Quelques minutes plus tard, l'audience est levée. Le sous-préfet d'ordinaire si calme trépigne et ne cache pas son agacement, tandis que le député Verdier le prend à part plusieurs minutes. Le juge a-t-il outrepassé des fonctions en se servant du tribunal comme tribune syndical ? "On peut ne pas être d'accord, mais il faut rester correct", commente en aparté Nelly Frontanau. Une rentrée peu conventionnelle qui semble présager une année difficile pour Manuel Valls et ses soutiens...

 

 

 

 

 

Etiquette

Eloïse Levesque

Eloïse Levesque, journaliste diplômée de l'université de droit et de science politique de Montpellier, à Objectif Gard depuis mars 2014

6 réactions sur “ALÈS Prud’hommes : le vice-président fait scandale”

  1. Il n’a fait que dire ce que pense la majorité des salariés.
    La phrase de Clémenceau peut paraître déplacée mais vu la conjoncture et le comportement clanique politicien des représentants du système..on peut comprendre l’exaspération.
    Nelly Frontaneau , grande petite apparatchik PS est totalement déconnectée des réalités sociales. Tout ce petit monde s’est recasé d’avance à la région. Pas de problème de chômage pour eux.

  2. Le politiquement correct c’est l’art de faire croire que les saucissons poussent sur les arbres. En complément de la phrase de Clémenceau je pense à G.Béart…celui qui dit la vérité…. . Félicitation Mr. Malavelle d’avoir recadré ces représentants d’eux-mêmes.

  3. Toutes mes félicitations à Monsieur MALAVELLE, enfin quelqu’un qui a quelque chose dans le pantalon ! Il défend les intérêts des salariés modestes et précaires, et il dit ce qu’il a sur le coeur à tous ces professionnels de la politique qui ne pensent qu’à la gamelle.

  4. C’est bien taclé . Tout ce petit monde fait la tournée des petits fours en ce moment avec le sous-préfet aux champs et à la ville. Cela leur coupera un peu la digestion.

  5. Malavelle est membre du PCF tendance staliniène comme la plupart des cocos de la région d’Alès. Verdier a soutenu les cocos lors des municipales: Cerpédès à Saint Martin, Roux (et son adjoint Malavelle) à Saint Christol et bien d’autres. Aujourd’hui, tous lui font dans les bottes! Tant pis pour lui, il ne trouvera pas beaucoup de camarades pour les lui vider.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité