Politique

NÎMES MÉTROPOLE Comme un air de campagne électorale…

Les élus de Nîmes métropole ont tenu leur conseil communautaire ce mardi soir (Photo : droits réservés)

En conseil communautaire ce soir, les élus se sont affrontés sur les choix politiques de l’agglomération pour 2020 et les années à venir.

À cinq mois des municipales, les élus communautaires regardent plus que jamais vers l’avenir. Certains, comme les élus proches du maire Les Républicains de Nîmes veulent récupérer le fauteuil de président attribué, il y a six ans, à leur ex-allié Yvan Lachaud. D’autres, comme le Rassemblement national ou la Gauche, aimeraient bien s’en emparer.

Aux affaires jusqu’au 22 mars, le centriste Yvan Lachaud entend bien utiliser son expérience pour continuer à gouverner. Ce soir lors du conseil communautaire, l’exécutif a présenté le rapport d’orientation budgétaire (ROB). Un document qui définit les orientations politiques de la majorité pour 2020 et les années à venir.

« Nous avons rendu notre territoire attractif »

À la manœuvre, le vice-président aux finances, Maurice Gaillard, prévoit un budget 2020 à hauteur de 337 M€ (184 M€ en fonctionnement et 124 M€ en investissement, NDLR). La présidente du groupe centriste, Marjorie Engelvin, se félicite : « Nous avons rendu notre territoire attractif sans accroître la pression fiscale. Nous avons l’un des taux d’imposition les plus faibles comparé aux Agglos de même taille ! » Et de relever : « L’épargne brute est maintenue à un bon niveau malgré la baisse du prix de l’eau et du tarif des transports. »

Tous les élus ne l’entendent pas de cette oreille. Le communiste Christian Bastid fustige « les retards pris dans les projets comme l’extension de la T1, finalement inaugurée fin 2019 ou la fin de la T2 portée à 2022 ». Sur la question de l’épargne brute, le frontiste Yoann Gillet attaque : « C’est une supercherie ! Votre nouveau contrat pour la gestion de l'eau a retiré bon nombre d’investissements initialement à la charge du délégataire. C’est un petit jeu d’écriture assez honteux ! »

«  La prochaine gouvernance héritera d’une gestion financière dramatique »

À Droite, les anciens alliés Les Républicains se penchent sur la dette. « En 2024, on dépasse le ratio des 12 ans de désendettement ! C’est au-dessus de ce que préconise l’État. La prochaine gouvernance héritera d’une gestion financière dramatique », s’inquiète Pascal Gourdel. En charge des finances, Maurice Gaillard se défend : « J’entends depuis six ans les mêmes reproches sur la dette. Or, notre épargne brute a augmenté et nous sommes toujours dans les clous. »

Yvan Lachaud prend une ultime fois la parole : « Je comprends que ça dérange de bien gérer une collectivité mais arrêtons de faire peur à tout le monde ! » S’adressant à la Droite, le centriste se défend : « Nous avons mis en pratique ce qui était prévu par le précédent exécutif. Ce n’est pas moi qui ai signé la T1 ! La T2, ce n’est pas moi qui l’ai faite ! La gare de Manduel ce n’est pas moi non plus ! » 2020-2026, un vrai mandat pour Yvan Lachaud ?

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com 

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

1 commentaire sur “NÎMES MÉTROPOLE Comme un air de campagne électorale…”

  1. Les LR sont culottés, Lachaud n’a fait que mettre en place les projets initiés par Fournier avec une situation financière de l’agglo catastrophique que Fournier lui a cédé avec les çomprtences supplémentaires qu’a Dû prendre l’agglo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité