Politique

VILLENEUVE-LÈS-AVIGNON Le covid-19 s’invite dans un conseil municipal une nouvelle fois tendu

Jeudi soir, lors du conseil municipal de Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Près de trois heures de débats, souvent tendus. Le conseil municipal de Villeneuve se réunissait pour la deuxième fois depuis l’élection municipale de mars dernier et a confirmé ce qu’on avait pu entrevoir fin mai lors de l’installation de l’assemblée.

À savoir une opposition largement renouvelée et déterminée à se faire entendre, et une majorité renouvelée aussi, déterminée à ne pas se laisser faire. Ce fut le cas tout le long de la réunion de jeudi soir qui se tenait une nouvelle fois à la salle polyvalente des Hauts de Villeneuve, mesures de distanciation sociale obligent. Deux parties distinctes dans l’ordre du jour qui comptait 21 délibérations : une salve de désignations de membres à diverses commissions, aux échanges déjà serrés, et une série de délibérations avec, pour les plus prégnantes, le covid-19 en filigrane.

Ce fut notamment le cas sur les aides à l’économie locale. Un train de mesures a été présenté par l’adjoint aux finances, François Zanirato, des exonérations de redevances de location du domaine public et des marchés à l’exonération de la taxe locale sur la publicité extérieure, en passant notamment par l’exonération des loyers commerciaux dont la mairie est bailleur.

Réagissant à ces mesures, l’opposant Morgan Buisson, de la liste « Sociale écologique et solidaire », demandera à avoir « un premier bilan chiffré » de l’impact de cette crise, ainsi que le lancement « d’une grande concertation publique » sur le sujet. Son homologue de la liste « Union citoyenne de Villeneuve » Florent Lemont estimera qu’il aurait été « de bon ton de faire un effort supplémentaire, quitte à avoir un budget un peu dégradé », et proposera « des mesures palliatives échelonnées jusqu’à fin 2021. »

La maire, Pascale Bories, répondra que le bilan chiffré n’était pas encore établi et que les mesures prises « tiennent compte des données que nous avons à l’heure actuelle » et que d’autres suivront, avec notamment les animations estivales. « Nous aurons l’occasion à la rentrée de faire un bilan », conclura-t-elle sur ce point, sans totalement convaincre l’opposition, qui s’abstiendra comme un seul homme au moment du vote.

Le sujet reviendra quelques délibérations plus tard, à l’occasion d’une décision modificative du budget, l’opposition dans son ensemble estimant que la mairie aurait pu aller plus loin, en tapant notamment dans l’excédent budgétaire, comme le suggérera la liste « Sociale, écologique et solidaire. » Pascale Bories rappellera que les mesures déjà prises étaient évaluées à « plus de 130 000 euros » et que des réajustements seront réalisés « à l’automne ».

Des débats houleux

Plus loin, François Zanirato présentera le vote des subventions aux associations au même montant qu’en 2020 comme un soutien dans le cadre de la crise du covid-19 : « La commune veut plus que jamais jouer son rôle de partenaire indéfectibles associations locales », lancera-t-il, en affirmant que « la ville a décidé de procéder immédiatement au versement des subventions courantes 2020 en reconduisant intégralement les montants de 2019. »

Le rapport entre cette délibération et le covid-19 sera contesté par Florent Lemont, qui affirmera que « tous les mois de juin, nous votons la même délibération » et que par conséquent, elle n’avait rien à voir avec la crise sanitaire. « Je trouve cette communication cynique et glauque », lancera-t-il. Morgan Buisson demandera quant à lui « le doublement de l’enveloppe » allouée aux subventions et le fait de rendre publics les critères d’attribution.

Pascale Bories répondra que les critères étaient connus, avant d’en énumérer une partie, et affirmera que la mairie « ne souhaite pas perdre de temps, c’est la raison pour laquelle nous délibérons dès aujourd’hui. » Florent Lemont rétorquera que dans ce cas, il préconisait d’« enlever tout le bla-bla » autour du covid-19. Dans une certaine confusion, la maire procédera au vote, les trois élus de la liste « Union citoyenne de Villeneuve » s’abstenant.

Après avoir voté sans vagues les taux de fiscalité locale, inchangés, les débats s’envoleront une nouvelle fois sur la toute dernière délibération, sur la fixation des indemnités du maire, des adjoints et des conseillers municipaux ayant délégation. Une délibération technique, sur laquelle Florent Lemont accusera une nouvelle fois la maire de « faire de la com’ », avant de s’en prendre aux élus de la majorité sortante « qui ne méritaient pas de rétribution. »

Pascale Bories lui proposera de citer des élus dans ce cas, et Florent Lemont évoquera le cas de Christophe Janus, « que nous n’avons absolument jamais vu, hormis la première année. » Pascale Bories rétorquera que l’élu en question avait déménagé, « et n’avait jamais touché aucune indemnité après son déménagement », avant d’accuser l’opposant de « jeter l’opprobre » sur l’ex-élu, « qui appréciera. » Dans une certaine confusion une nouvelle fois, la délibération sera votée avec les trois abstentions du groupe « Union citoyenne de Villeneuve ».

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité