Politique

LÉGISLATIVES Sur la 5e circonscription, Martin Delord n’a pas pris sa décision…

Martin Delord, vice-président en charge des Finances du Département (Photo : Coralie Mollaret)

Élu du canton du Vigan, Martin Delord n’a pas encore tranché sur sa candidature, priorisant, dit-il, l’avenir de son canton. 

Un élu dans l’embarras. C’est l’état d’esprit de Martin Delord dont le nom circule, ces derniers jours, pour les élections législatives partielles sur la 5e circonscription du Gard. Élu du canton Vigan et vice-président du Département, le socialiste est l’un des hommes forts du Viganais, composant une partie de la circonscription. 

Pourquoi des Législatives partielles ? 

En décembre, l’actuel député, Olivier Gaillard, a indiqué vouloir démissionner de son mandat. Ex-Macroniste, le parlementaire élu aux Municipales de Sauve aurait préféré être assujetti à la loi sur le non-cumul des mandats. Le texte lui aurait permis de faire automatiquement élire sa suppléante, Catherine Daufès-Roux. Seulement, le litige sur son élection empêche cette option. Désireux de quitter l’Assemblée nationale, Olivier Gaillard a choisi de démissionner, provoquant l’organisation de Législatives partielles, probablement en janvier.   

Cette nouvelle donne politique vient bouleverser les équilibres locaux. Si Martin Delord n’est pas contre une candidature, sa décision n’est pas encore prise. Le socialiste souhaite que quelques conditions soient réunies comme l’union de la Gauche (Parti socialiste-Parti communiste français-Europe-Écologie-Les Verts). Un signal fort qui serait envoyé à quelques semaines des Départementales de mars. Autre priorité : l’avenir de son canton auquel le socialiste se dit attaché et sur lequel il compte se représenter. 

L'avenir d'un territoire frappé par les inondations

Il y a trois semaines, son territoire a été durement frappé par les pluies torrentielles, provoquant des inondations. Le 22 octobre en conseil départemental, une enveloppe de deux millions d’euros doit être débloquée pour venir en aide aux sinistrés. Ajoutées à celles de l’État et de la Région, ces aides serviront à financer des travaux sur les routes, les ponts, les systèmes d’irrigations... L'argent servira aussi aux entreprises des secteurs du commerce et de l’artisanat.

Enfin, les pouvoirs publics et la Chambre d’agriculture travaillent à trouver des solutions pour les exploitants agricoles (éleveurs, cultivateurs d’oignons…) dont les terres ont été partiellement ou totalement détruites par les eaux. Des enjeux qui s’inviteront certainement aux débats des prochaines échéances électorales.

Coralie Mollaret 

coralie.mollaret@objectifgard.com 

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité