Alès-CévennesEconomieSanté

ANDUZE Après l’Allemagne, ErgoSanté part à la conquête des États-Unis

Samuel Corgne, fondateur de la société Ergosanté dont le siège est installé à Anduze. (Photo : Stéphanie Marin/ObjectifGard)
Samuel Corgne, fondateur de la société ErgoSanté dont le siège est installé à Anduze. (Photo : Stéphanie Marin/Objectif Gard)

Implantée dans la zone de Labahou, l'entreprise anduzienne spécialisée dans la fabrication d'exosquelettes ne cesse de se développer depuis sa création en 2013. Dernièrement, ErgoSanté a accéléré son développement à l’international en s'implantant aux États-Unis, quelques semaines après avoir initié sa conquête du marché allemand.

Nichée au cœur des Cévennes gardoises dans la zone de Labahou à Anduze, la société ErgoSanté, spécialisée dans la fabrication d'exosquelettes, des solutions d'amélioration des postes de travail destinées, entre autres, à réduire les troubles musculo-squelettiques, s'aventure à l'international. En effet, quelques mois après qu'une délégation d'élus soit venue visiter les coulisses d'une entreprise en pleine expansion (lire ici), le développement se poursuit. Affichant une croissance exceptionnelle année après année (environ 1 million d'euros de chiffre d'affaires chaque mois, NDLR), la société dirigée par Samuel Corgne, qui emploie désormais 120 salariés, enregistre "un fort intérêt à l’international".

À tel point que vient d'être créée "ErgoSchultz", une nouvelle marque à destination du marché allemand où "les acteurs de la santé et de l'industrie ont besoin de solutions innovantes". Parce que ses ramifications avec son voisin germanique ne lui suffisent pas, la PME gardoise mise aussi sur la vente d'une centaine d'exosquelettes (des harnais de posture) par mois sur le marché nord-américain via le distributeur Worksmart Innovations, basé en Caroline du Nord.

Une nouvelle usine de production dès 2022

Les dirigeants d'ErgoSanté voient en cette "implantation stratégique" la possibilité de densifier leur réseau auprès de grands groupes américains spécialistes de la santé au travail et d’installer, dans un second temps, une unité de production locale. D'autant que l'entreprise anduzienne va bénéficier d’une position et d’un réseau de distribution unique sur un marché très porteur ; la forte adoption des exosquelettes dans les secteurs militaires, industriels et des soins de santé faisant de l’Amérique du Nord le premier marché mondial des exosquelettes.

"Nos premiers pas à l’export ont confirmé la qualité et la performance de nos exosquelettes et nous sommes prêts désormais à accélérer notre développement international à travers l’ouverture de filiales et de distributeurs locaux", ose espérer Samuel Corgne, fondateur et patron d'une entreprise qui s'est récemment vue attribuer une subvention de 800 000 euros dans le cadre du plan "France relance" et de l’opération "Territoires d’industrie". Une somme aussitôt réinvestie pour la construction d'une nouvelle usine de 1 000 m² attenante au bâtiment actuel, générant la création d’une trentaine d’emplois, ouverts prioritairement aux personnes en situation de handicap. Si le permis de construire vient d'être validé, la livraison n'est prévue que pour le début de l'année prochaine.

Corentin Migoule

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité