CamarguePolitique

PETITE CAMARGUE Manades : André Brundu s’adresse à Emmanuel Macron et à son gouvernement

Le maire d'Aubord et président de la CCPC, André Brundu. (Photo DR)
Jacques Blatière possède l'une des vingt manades présentes sur la communauté de communes de Petite Camargue. (Photo Boris Boutet)

Après avoir invité Jean Castex à venir rencontrer les manadiers, s'être rendu à Paris pour défendre la profession auprès du Sénat et des ministères concernés, le président de la communauté de communes de Petite Camargue, André Brundu, s'adresse cette fois au Président Macron et à son gouvernement. 

Dans ce nouveau courrier co-signé par 180 élus locaux et nationaux, il lance un appel au sauvetage des traditions camarguaises, de l'économie locale et de la biodiversité.

"Malgré les mesures de déconfinement, collectivités et manadiers restent dans l’incertitude pour l’organisation des diverses festivités alors que certaines manifestations de grande ampleur (à l’image du tour de France) sont quant à elles autorisées dans nos départements, écrit-il notamment. Avec un déconfinement espéré, et certes progressif, la reprise de la culture dite « prestigieuse » ne doit pas se faire au détriment d’une culture populaire."

"Pour l’heure, les réponses apportées ainsi que les mesures demandées pour maintenir nos festivités paraissent éloignées de la réalité du terrain ou tout simplement irréalisable (techniquement, matériellement et financièrement), poursuit-il. Nous, élus locaux, représentants de nos territoires, demandons la prise en compte de notre particularisme régional et, des solutions concrètes, urgentes et pérennes pour préserver notre culture, notre économie ainsi que notre biodiversité."

André Brundu liste alors une série de demandes au nom des manadiers :

  • Le prolongement du fonds de solidarité de l’Etat : les manades acteurs majeurs de l’économie du tourisme, se retrouvent prises en étau entre un printemps sans activités, une reprise poussive et de graves incertitudes à propos de l’organisation des événements culturels constitutifs des fêtes votives traditionnelles.
  • Un gel immédiat de leurs charges structurelles,
  • Un fonds d’aide d’urgence pour leurs charges d’exploitation,
  • Un message fort auprès des banques pour subvenir aux besoins de trésorerie,
  • Un soutien de l’Etat et des collectivités pour le plan de relance tel que proposé par la fédération des manadiers,
  • Le maintien de la PAC,
  • L’officialisation du taux de TVA réduit 10 % sur les courses camarguaises et les activités traditionnelles.

Avant de conclure avec les doléances des élus locaux :

  • Reconnaître le particularisme régional et d’autoriser la tenue des fêtes votives dans des conditions réalistes et réalisables,
  • Assurer la survie de nos commerces de proximité, de nos emplois et du tissu économique local,
  • L’inscription à l’ordre du jour parlementaire du Texte n° 542 (2019-2020) de Mmes Vivette Lopez, Anne-Marie Bertrand et plusieurs de leurs collègues, déposé au Sénat le 22 juin 2020,
  • Œuvrer aux côtés des Manadiers pour le projet de reconnaissance au Patrimoine immatériel de l'Unesco de leur métier et de notre art de vivre.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité