Bagnols-UzèsSanté

BAGNOLS/CÈZE Le directeur de l’Agence régionale de santé Occitanie en visite au centre hospitalier

Pierre Ricordeau, directeur de l'ARS Occitanie, a visité le centre hospitalier de Bagnols/Cèze, à l'initiative du député Anthony Cellier. Une venue prévue de longue date mais retardée par la crise sanitaire. (DR)
Cette visite a été l’occasion de discuter du Ségur de la Santé mais aussi de la modernisation entamée depuis plusieurs années à l’hôpital bagnolais. La prochaine étape importante sera l’extension des urgences en 2022. (DR)

Pierre Ricordeau, directeur de l’Agence régionale de santé Occitanie (ARS), s’est rendu au centre hospitalier de Bagnols-sur-Cèze ce jeudi 9 septembre, invité par le député, Anthony Cellier. Il a rencontré les personnels hospitaliers et la direction, en présence de Jean-Philippe Sajus, directeur de l’hôpital de Bagnols, et de Jean-Yves Chapelet, maire et président du conseil de surveillance de l’hôpital.

Cette visite a été l’occasion pour le directeur de l’ARS Occitanie de discuter Ségur de la Santé mais surtout de découvrir la modernisation que subit en profondeur l’établissement bagnolais depuis plusieurs années. L’ensemble des intervenants sont revenus sur les quelque 715 000€ d’investissements prioritaires (restauration hospitalière, renforcement de la sécurisation du système d’information hospitalier, travaux sur le bloc de gynécologie obstétrique, investissements courants), ainsi que sur les 7,5M€ de reprise de dette du centre hospitalier, de la revalorisation des salaires du personnel hospitalier et de la mise à niveau de leur carrière professionnelle, de l’augmentation du nombre de places en Institut de formation en soins infirmiers (IFSI) et en Institut de formation d’aides-soignants (IFAS).

Toujours sur les investissements, il a été évoqué l’arrivée de la deuxième IRM (Imagerie par résonance magnétique), mise en fonction cette année, et des prochains travaux de réhabilitation et d’extension du service des urgences qui débuteront en 2022, pour un montant total de plus de 5M€ (l’ARS participe à hauteur 3M€). Ces différents travaux d’envergure permettent de proposer une offre de soins renforcée pour la patientèle du centre hospitalier, soit plus de 140 000 personnes. Une offre de soins qui se doit d’être complétée et articulée avec la médecine de ville.

Lors de ces échanges, une réflexion a d’ailleurs été initiée autour de la création d’une Communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS). Le député y est favorable : « Il est désormais plus que nécessaire d’établir un réel maillage entre le centre hospitalier, les établissements de proximité et la médecine de ville afin d’offrir un parcours de soins le plus efficient possible pour nos administrés. Je souhaite que nous travaillions à la création d’une Communauté professionnelle territoriale de santé pouvant répondre non seulement à une meilleure offre de soins territoriale, mais également éviter l’engorgement de l’hôpital.»

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité