Alès-CévennesEconomieÉducation

ALÈS Job dating au Purple Campus : l’alternance a toujours le vent en poupe

65 candidats et 25 entreprises lors du Job dating organisé par le Purple Campus. (Photo Corentin Migoule)
65 candidats et 25 entreprises lors du Job dating organisé par le Purple Campus. (Photo Corentin Migoule)

À l’heure où la plupart des filières sont sujettes à des difficultés de recrutement, un job dating a été organisé ce mercredi après-midi dans la cour intérieure du Purple Campus, centre de formation des apprentis, à Alès. 65 candidats et 25 entreprises y ont pris part.

65 candidats et 25 entreprises du bassin alésien réunis sous le préau du Purple Campus d’Alès : un motif de satisfaction pour Nathalie Rivenq, responsable de l’établissement. « Ce sont des entreprises partenaires avec lesquelles on collabore régulièrement. On identifie leurs besoins et après on les invite à ce genre d’évènement pour tenter d’y répondre », précise-t-elle.

Dédié aux apprentis de la filière Vente/Commerce/Distribution, du CAP au BAC+3, ce job dating a permis à certains d’entre eux de signer un contrat d’apprentissage dès la rentrée prochaine dans des entreprises aux champs d’actions variés tels que Bancel, La brûlerie, Métro, Pépite des cévennes, So What for men et Top office. Une aubaine pour la jeunesse à l’heure où les difficultés de recrutement n’épargnent a priori aucune filière : « De l’automobile à l’hôtellerie-restauration en passant par la vente, elles sont toutes impactées. De ce fait, beaucoup d’entreprises se tournent vers l’apprentissage pour identifier de nouveaux jeunes, les former et les garder ensuite. »

Les aides de l’État prolongées ?

C’est notamment le cas d’A-ligne Diffusion, entreprise familiale basée à Saint-Julien-les-Rosiers qui commercialise des produits de nettoyage pour les professionnels, laquelle a trouvé son bonheur au Purple Campus ce mercredi après-midi. Cinq CV ont en effet été retenus par le cogérant, Thomas Tennent, qui s’engage à donner une réponse « très rapide » aux candidats, « y compris lorsqu’elle est négative ». Dans quelques jours, l’un d’entre eux devrait bénéficier d’un contrat d’alternant au poste de commercial.

Si la formation en apprentissage a le vent en poupe, les aides à l’embauche (jusqu’à 8 000€) d’apprentis allouées aux employeurs par l’État n’y sont pas étrangères. « Ça nous permet de former l’alternant sans prendre un gros risque financier, d’autant qu’il y a une période d’essai à l’issue de laquelle on sait si ça va coller ou non », confirme Thomas Tennent. En moyenne, chez A-ligne Diffusion, 50% des apprentis sont conservés par l’entreprise à l’issue de leur contrat d’alternance.

Et alors que l’État a un temps pensé stopper le déploiement de ces aides à compter du 30 juin prochain, celles-ci pourraient être prolongées jusqu’à la fin de l’année. « C’est ce qu’a annoncé le ministère du Travail, mais le décret officiel n’est pas encore sorti », indique Nathalie Rivenq, impatiente de le voir en ligne. Et de conclure : « L’an dernier, on a vraiment vu la différence. Cet effet d’annonce avait fait exploser le nombre d’offres des entreprises. Ce qui est positif, c’est que ça a duré ! »

Corentin Migoule

 

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité