Publié il y a 1 an - Mise à jour le 30.01.2023 - Marie Meunier - 2 min  - vu 417 fois

GARD Après 30 ans de dossier, Montfaucon réintègre l'aire d'appellation des Côtes-du-Rhône

saint-vincent montfaucon confréries côte du rhône gardoise jaugeurs lirac

La Saint-Vincent a été célébrée cette année à Montfaucon, qui vient juste de réintégrer l'aire d'appellation des Côtes du Rhône. 

- photo Bernard Houvet

Dimanche dernier, la Saint-Vincent était célébrée à Montfaucon. Commune qui vient juste de valider son intégration à l'aire d'appellation Côtes-du-Rhône. Et ce grâce au syndicat des vignerons de Montfaucon qui y travaille depuis plus de 30 ans. 

Mais l'histoire remonte bien plus loin, au XVIIe siècle. Plusieurs documents attestent que Montfaucon faisait partie des neuf communes originelles des Côtes-du-Rhône du bassin de Roquemaure, avec Lirac, Tavel, Saint-Laurent-des-Arbres, Saint-Geniès-de-Comolas, Codolet, Chusclan, etc. C'est ce que l'on appelait, sous l’Ancien Régime, la viguerie de la côte du Rhône. 

À cette période, Roquemaure, la commune voisine, figure parmi les plus importants ports de la vallée du Rhône, grâce au commerce florissant du vin. De nombreuses familles et des marchands se sont installés là pour développer la vente et fournissent la cour pontificale. La notoriété de ces vins rayonne à l'international. Au point que d'autres producteurs jalousent leur succès et les fraudes et usurpations se multiplient. Les consuls de Roquemaure ont alors instauré un cahier des charges pour authentifier les marques reconnaissables des vins. Déjà à l'époque se dessine une politique d'origine contrôlée. 

Quand l'AOC est créée, la commune ne peut supporter les coûts de l'étude

Mais c'est au baron Pierre Le Roy que l'on attribue la création du système de l'AOC (Appellation d'origine contrôlée) en 1936. Car là encore, il y avait beaucoup d'abus autour la qualité et du nom Côtes-du-Rhône. Il a donc été proposé à la commune de Montfaucon de participer à une étude afin d'intégrer l'aire d'appellation. Mais la somme demandée est bien trop élevée pour le village. La municipalité de l'époque refuse d'en être.

"Suite à cela, le chemin a été long pour que la commune réintègre l'aire d'appellation. Beaucoup de demandes ont été faites et sont restées sans réponse", indique Rodolphe de Pins, président du syndicat du cru de Lirac. Une cinquantaine d'années après ce refus, le maire de l'époque et le syndicat des vignerons de Montfaucon décident de rouvrir le dossier. "C'est un long processus car il fallait que le projet soit porté par le syndicat général, qui le fasse valider par des experts, par l'INAO... Il y a eu plusieurs requêtes, études... Tout ça nous a pris plus de trente ans", retrace le vigneron, qui était à la tête du syndicat initiateur.

51 hectares ont rejoint l'aire d'appellation

Après avoir fait repartir une fois de plus le dossier en 2015, le syndicat a obtenu le classement de Montfaucon, devenu effectif au 11 novembre 2022. Une sacrée victoire actée dans le Journal Officiel. Au départ, seuls 19 hectares devaient intégrer l'appellation. "On a posé une réclamation et on a réussi à obtenir 31 hectares supplémentaires. Sachant que la commune de Montfaucon fait 200 hectares, c'est assez significatif. Cela représente une quinzaine de viticulteurs", atteste Rodolphe de Pins. 

Cette Saint-Vincent avait donc une saveur toute particulière. Les participants ont pu retrouver la traditionnelle messe en provençal et le chapitre partagé entre les Compagnons de la côte du Rhône gardoise et les Jaugeurs de
Lirac. Quatre personnes ont aussi été intronisées, notamment le maire, Olivier Robelet, et Rodolphe de Pins lui-même.

Marie Meunier

Patrimoine

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio