Politique
Publié il y a 1 an - Mise à jour le 18.10.2021 - coralie-mollaret - 1 min  - vu 3579 fois

EXPRESSO Contrat de sécurité intégré : le maire de Nîmes ne le signera pas !

Jean-Paul Founier, maire de Nîmes (Photo OG)

N’ayant pas trouvé de terrain d’entente avec le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, le maire de Nîmes a tout bonnement décidé de ne pas signer le contrat de sécurité intégré avec l’État. 

Jean-Paul Fournier a mis sa menace à exécution. Le mois dernier, l’élu Les Républicains s’est entretenu avec le locataire de la Place Beauvau, Gérald Darmanin. Chiffre à l’appui, le maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier, lui démontre l’insécurité galopante dont est victime sa commune sur fond de trafic de drogue. Pour intensifier le travail des policiers nationaux, Jean-Paul Fournier demande une vingtaine d’agents supplémentaires. De nouveaux effectifs qui s’ajoutent ainsi aux 14 policiers affectés cette année au commissariat nîmois. En contrepartie, la Ville s’engage à recruter cinq policiers municipaux par an pour arriver à un effectif total de 200 agents à la fin du mandat. 

Force est de constater que la discussion n’a pas été constructive. Gérald Darmanin a fait monter les enchères, demandant à la Ville de former 15 policiers municipaux par an. Refus catégorique du maire de Nîmes, dont l’équipe estime que « le Gouvernement ne récompense pas les bons élèves. L’État a fait beaucoup pour Arles et Beaucaire-Tarascon. Or depuis des années, Nîmes a mis des moyens dans sa police municipale et sa vidéosurveillance.» En 2021, 26 caméras supplémentaires auront été installées. Les services de la Ville travaillent déjà au programme 2022 avec la mise en place de la vidéoverbalisation. 

CM

coralie.mollaret@objectifgard.com 

Coralie Mollaret

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais