Publié il y a 1 an - Mise à jour le 07.04.2023 - Coralie Mollaret - 2 min  - vu 928 fois

EXPRESSO Nîmes : la crèche des Grillons gérée par une entreprise privée

Aurélie Prohin, conseillère déléguée aux Crèches et à la petite enfance, à droite sur la photo.

Aurélie Prohin, conseillère déléguée aux Crèches et à la petite enfance, à droite sur la photo.

La Ville profite du déménagement de la crèche du Mas de Mingue pour changer le mode de gestion de la crèche des Grillons.

La décision a été entérinée, ce lundi, en conseil municipal. Une délibération présentée par Aurélie Prohin, conseillère déléguée aux Crèches et à la petite enfance. « Dans le cadre de la rénovation urbaine, la crèche des Grillons va être démolie et reconstruite à 200 mètres de son emplacement actuel, au pied d’une résidence de trois étages construite par Habitat du Gard », explique l’élue.

La Ville profite de ce déménagement pour « requalifier » la crèche qui passera de 20 à 50 places. Ce n’est pas la seule modification : la strucutre sera gérée par une société privée. « La petite enfance est un secteur très concurrentiel qui impose de trouver du meilleur rapport coût/qualité », relève la délibération.

Un contrat de 15 ans à 1,3 M€

Pour ce faire, la ville prévoit un contrat de concession, d’une durée de 15 ans avec le versement de 500 000 € par an. La délibération met en exergue les arguments favorables à ce mode de gestion : « Un service de qualité sans incidence majeure sur le budget de la Ville, une souplesse d’exploitation, une mise en concurrence des acteurs privés permettant la mise en œuvre de projets très qualitatifs… »

Toutefois ce mode de gestion ne plaît pas à tout le monde et, en particulier, aux élus d’opposition de Gauche. Pour Bruno Ferrier : « Le savoir-faire des employés municipaux est le mieux à même pour continuer ce service. D’ailleurs, quel sera l’avenir du personnel ? » Et de poursuivre son florilège de questions sur le coût réel du mode de gestion : « Comment accepter de signer ce contrat avec le futur délégataire sous prétexte qu’il engage un investissement d’1,7 M€ pour créer la nouvelle structure qui lui sera remis vide et à nue ? La Ville n’a-t-elle pas la capacité d’un tel investissement ? Est-ce le début de l’effet des frais engagés dans le Palais des congrès ? »

Coralie Mollaret

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio