Politique
Publié il y a 11 mois - Mise à jour le 15.03.2023 - Coralie Mollaret - 2 min  - vu 2211 fois

EXPRESSO Pompiers : le plan (presque) secret pour conserver le colonel Carret

« Un homme d’une grande qualité », « un meneur d’hommes », « un expert dans la gestion des feux de forêt »... Chez les pompiers du Gard, les éloges pleuvent à l’endroit du colonel Thierry Carret. 

Ils veulent tous le garder. « Ils », ce sont « les pompiers du Gard, le Conseil départemental et une bonne partie du conseil d’administration », soutient mordicus Alexandre Pissas, président du Sdis (Service départemental d’incendie et de secours) du Gard. Fin 2022, le colonel Jean-Michel Langlais tirait sa révérence. Directeur du Sdis, ce dernier a été nommé contrôleur général par Alexandre Pissas.

S’il avait un temps pensé à prendre sa retraite pour ouvrir des gîtes, Jean-Michel Langlais a finalement demandé à être détaché à l’inspection générale. Depuis, c’est le directeur adjoint, Thierry Carret, qui le remplace. L'homme connaît bien la boutique pour occuper depuis six ans le poste de directeur adjoint au grade de colonel (hors classe). Surtout, « c’est l’un des meilleurs spécialistes en matière de lutte contre les feux de forêt. C’est lui qui a renforcé les patrouilles de prévention et fait l’acquisition de nos deux hélicoptères bombardiers d’eau pour attaquer les feux naissants. »

Ancien directeur du SDIS dans le Vaucluse, Thierry Carret a aussi à son actif la gestion du crash de l’A320 de la Germanwings dans les Alpes en 2015. « Ce n’est pas un pompier politique mais un technicien brillant », renchérissent ses collègues. Problème : son interim n’est que temporaire. Puisque d’après les règles de la direction générale de la Sécurité civile, un directeur adjoint ne peut pas devenir directeur dans le même Sdis. « Il y a quand même eu des dérogations dans d’autres départements... », glisse Alexandre Pissas.

Pour l’heure, les candidatures soumises par Paris n’ont pas satisfait le président : « Il n’y a pas meilleur candidat proposé que lui. D'autant que dans deux ans, il est à la retraite. Je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas le garder avec nous. » Selon nos sources : « Au bout de trois refus de candidats proposés par la direction générale, on arrivera à un vide juridique ». La nature ayant horreur du vide, le Sdis 30 espère donc conserver son soldat Carret. Et ainsi défendre son pré... carré.

Coralie Mollaret

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio