Politique
Publié il y a 5 ans - Mise à jour le 24.01.2017 - coralie-mollaret - 1 min  - vu 175 fois

PRIMAIRE À GAUCHE Benoît Hamon, une alternative « timide » pour le PCF

Vincent Bouget, secrétaire départemental du PCF 30. Photo : Thierry Allard.

Le Parti Communiste du Gard réagit suite au premier tour de la primaire de gauche qui s'est déroulé dimanche.  

Le secrétaire départemental du PCF 30, Vincent Bouget n’a « pas voté à la primaire PS » puisqu’il a déjà un candidat, Jean-Luc Mélenchon. Le communiste estime, par ailleurs, « qu’Hollande et le quinquennat ont invalidé le PS comme socle de la reconstruction de la gauche, à commencer par l’élection de 2017 ». Ça c’est dit.

Toutefois, il ne fait pas comme si « rien ne s'était passé ». Non, Vincent Bouget assure que la victoire au premier tour de la primaire de Benoît Hamon marque la volonté de « dizaines de milliers d'hommes et femmes, socialistes et de gauche, d’exprimer leur désir d'en finir avec ces politiques libérales et sécuritaires qui, ces cinq dernières années, ont fragmenté et divisé le camp du progrès social et des libertés ». D’ailleurs, le Nîmois partage leur « exigences » à moins d’être, comme il dit, « aveugle, sourd, autiste (ce n’est pas très gentil pour eux…, NDLR) et inconséquent ».

Toutefois, l’alternative portée par Benoît Hamon est « timide ». Favorable à la convergence de « toutes les forces pour l’alternative », il revendique que tout rassemblement passe par un contenu. Un contenu plus « offensif » que celui de Benoît Hamon… Et de conclure : « la radicalité ne signifie pas dresser des murs entre nous et les autres mais débattre, avancer sur le fond, convaincre et savoir se retrouver sans hégémonie sur le plus grand dénominateur ».

Coralie Mollaret

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais