Publié il y a 1 an - Mise à jour le 11.02.2023 - Thierry Allard - 2 min  - vu 249 fois

EUROPE La présidence de l’eurorégion Pyrénées Méditerranée passe de l’Occitanie à la Catalogne

Le président de l'Assemblée eurorégionale de la jeunesse Francesc Almendras, la présidente de la Région Occitanie Carole Delga, le président de la Generalitat de Catalogne Pere Aragonès et l'élue aux Relations extérieures du gouvernement des îles Baléares Rosario Sanchez Grau, ce vendredi à Toulouse

- Capture d'écran visioconférence

Depuis 2004, la région Occitanie côté France et les gouvernements de la Generalitat de Catalogne et des Îles Baléares côté Espagne coopèrent dans le cadre d’une eurorégion. Une journée de passation de présidence entre Occitanie et Catalogne était organisée ce vendredi à Toulouse (Haute-Garonne).

Présidente de l’eurorégion Pyrénées Méditerranée depuis deux ans, la présidente de la région Occitanie Carole Delga a donc passé la main à Pere Aragonès, le président de la Generalitat de Catalogne, ce vendredi. L’occasion pour elle de marteler que ce groupement européen de coopération territoriale était à son sens « un échelon pertinent pour agir et relever les défis de notre siècle. »

Notamment environnementaux. Car ces questions ne diffèrent pas d’un côté et de l’autre des Pyrénées. « Nous avons établi une feuille de route pour un futur résilient à l’horizon 2030, en luttant notamment contre la pollution en Méditerranée », présente Carole Delga. « Nous ne pouvons le faire qu’ensemble, si nous collaborons », estime Pere Aragonès. La question de la réouverture de tous les passages liant le côté français au côté espagnol de l’eurorégion est également sur la table. Outre des actions de coopération pendant le covid, l’eurorégion a également mis l’accent sur la jeunesse, en lançant une Assemblée eurorégionale de la jeunesse, officiellement constituée ce vendredi.

Cette création s’inscrit dans l’idée de « chercher à impliquer tous les territoires, toutes les franges de la société », souligne le président de la Generalitat de Catalogne, Pere Aragonès. « Nous faisons un bilan positif de l’eurorégion, qui s’est traduite par beaucoup de projets partagés, de coopération culturelle, éducative, en recherche, estime-t-il. Nous sommes dans une nouvelle phase de la politique européenne, avec la lutte contre le changement climatique - nous sommes le lieu où il y a le plus de changement climatique - contre les effets de la guerre en Ukraine, aussi toute la reconstruction économiquement et socialement du continent après la pandémie. »

Le « développement économique durable du territoire », selon les termes de Pere Aragonès sera une priorité, et cela passe notamment « par le couloir ferroviaire méditerranéen, que nous devons impulser, et la transition énergétique. » Pour y parvenir, l’eurorégion mise sur une de ses forces, « un des écosystèmes en recherche et innovation les plus importants d’Europe », affirme l’élu catalan. La promotion des langues catalanes et occitanes fait aussi partie des actions qu’il souhaite poursuivre. « Catalan et occitan ont le même substrat, on se comprend facilement au niveau de la langue et sur les valeurs », commente Carole Delga.

Bref, « nos relations doivent être celles d’un bon voisinage, que tout le monde se mette d’accord pour obtenir des résultats », estime pour sa part Rosario Sanchez Grau, élue aux Relations extérieures du gouvernement des Îles Baléares. Cela se fera avec les jeunes : « Nous avons beaucoup à proposer, beaucoup à dire pour mettre en avant l’eurorégion sur une multitude de thématiques, la culture, l’environnement, les langues, les droits sociaux ou encore l’égalité », avancera le fraîchement élu président de l’Assemblée eurorégionale de la jeunesse, Francesc Almendras.

Le but, in fine, est de « peser à l’échelon européen », pose Carole Delga, convaincue qu’il faut « plus et mieux d’Europe. » « C’est une vision stratégique du territoire dans le cadre européen, pour exercer une influence au service de nos citoyens et de nos territoires », ajoute Pere Aragonès. La question d’une macrorégion, à l’échelle du bassin méditerranéen cette fois, est désormais sur la table.

Thierry Allard

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio