Publié il y a 1 an - Mise à jour le 20.02.2023 - François Desmeures - 3 min  - vu 3546 fois

FAIT DU JOUR L'Observatoire du Mont Aigoual à la recherche d'une médiation pour l'été

Avec la restauration des façades, l'édifice a retrouvé de la clarté

- (photo François Desmeures)

Le président de Causse-Aigoual-Cévennes a rencontré, à Paris, le ministre de la Transition écologique, Christophe Béchu. Celui-ci lui a confirmé que Météo France - contrairement à ses promesses de l'époque - ne détacherait aucun salarié pour assurer la médiation de l'espace muséographique de l'Observatoire, qui sera dédié au changement climatique. Sur place, les travaux approchent de la fin. 

Avec la restauration des façades, l'édifice a retrouvé de la clarté • (photo François Desmeures)

Cela n'a été, malheureusement, qu'une confirmation de l'annonce de cet été. "Au mois d'août, j'avais eu une réunion avec M. Atger (directeur interrégional sud-est de Météo France, NDLR), explique Gilles Berthézène, président de la Communauté de communes Causse-Aigoual-Cévennes. Il nous avait dit qu'il ne pouvait pas mettre de personnel à disposition, même si c'était nous qui le financions." Le 1er février, c'est donc pour se faire confirmer la décision par la PDG de Météo France, Virginie Schwarz, que Gilles Berthézène est monté à Paris avec deux vice-présidents, Alexandre Vigne (maire de Lanuéjols) et Joël Gauthier (maire de Val d'Aigoual). Une rencontre facilitée par la sénatrice gardoise Vivette Lopez. 

Gilles Berthézène, président de la communauté de communes Causse-Aigoual-Cévennes • (photo François Desmeures)

"Notre projet a été élaboré avec l'idée, qui nous avait été dite à l'époque, que Météo France resterait engagé." Après 25 ans de médiation dans l'exposition précédente, Gilles Berthézène n'imaginait pas une désertion de l'entreprise publique, alors même que l'Observatoire se dotait d'une nouvelle ambition. C'est finalement le ministre de la Transition écologique en personne, Christophe Béchu, qui est venu confirmer la décision aux élus gardois. Un ministre qui avait précédemment reçu un courrier du président de Causse-Aigoual-Cévennes pour attirer son attention sur ce désengagement. Mais ni ce courrier, ni ceux des présidentes des départements du Gard et de la Lozère, ou celui de la présidente de la Région, n'auront rendu l'État sensible à la demande. 

L'entrée du public se fera par une nouvelle verrière, à l'abri du vent du nord, côté est • (photo François Desmeures)

Le 31 mars, quand le dernier scientifique de Météo France aura quitté l'Observatoire, l'entreprise dira presque adieu à son dernier observatoire d'altitude. "Météo France a serré les effectifs, une baisse de 25 %, au point que  le ministre a demandé que ça s'arrête." Pour Christophe Béchu, le manque de personnel conditionne cette demande. "On va essayer de trouver des solutions, avec l'appui du ministère, pour former du personnel, ou proposer la médiation à des météorologues à la retraite." En attendant, le directeur régional a tout de même rassuré la Communauté de communes, en s'engageant à ce que la médiation scientifique soit maintenue jusqu' à la fin de l'été 2023. Un sursis. Dommage, pour un nouvel équipement dont le comité scientifique est presque exclusivement composé de personnels de Météo France. 

La pièce par laquelle se fera l'entrée et la sortie recevra une boutique. Les premiers éléments de scénographie parvenus à l'Observatoire y sont stockés • (photo François Desmeures)

L'entreprise s'est tout de même engagée à faire évoluer les contenus exposés avec le temps. En espérant que cet engagement ne connaisse pas le même sort que celui qui devait voir la médiation perdurer... Causse-Aigoual-Cévennes a donc pris les devants en embauchant, au 1er février, un chargé de projets "pour mettre en musique le plan d'actions issu de l'étude stratégique menée en 2021-2022". Parmi celles-ci, la Communauté de communes espère "essayer de développer des séminaires, aussi bien universitaires que de l'Éducation nationale, par exemple. On peut aussi chercher du côté patrimonial et culturel", poursuit Gilles Berthézène. Qui souhaiterait voir l'Observatoire fonctionner dix mois dans l'année, alors qu'il ouvre de mai à octobre, pour l'instant. 

La galerie, côté sud, permettra d'entrer dans la thématique du changement climatique en allant vers la pièce ronde, qui présentera la climatologie propre à l'Aigoual.  • (photo François Desmeures)

Quand - autour du 15 mars - seront achevés les travaux du rez-de-chaussée, qui accueillera le public, le chantier de l'Observatoire entrera dans une seconde phase de rénovation, "pour aménager des chambres et pouvoir accueillir, en résidence, des universitaires ou autres". Les chambres actuelles des météorologues seront donc repensées. "Le thème du changement climatique peut amener du monde, espère Gilles Berthézène, il y a du grain à moudre." Avant le passage de la gestion à la Communauté de communes, Virginie Schwarz devrait venir saluer la transformation, le 21 mars prochain. "On en profitera pour discuter des formations à mettre en place, avance le président de la Communauté de communes. Parce qu'un tel investissement, ce n'est pas pour que ça périclite dans deux ou trois ans." Le budget des travaux atteint les 3,5 millons d'euros, subventionnés notamment par l'État. L'inauguration de l'espace muséographique est prévue le samedi 1er juillet. 

Actuellement peinte en bleu, cette salle recevra une projection de nuages • (photo François Desmeures)

Toutes les archives de relevés météorologiques de l'Aigoual, depuis la fin du 19e siècle, partiront bientôt dans des archives à Paris • (photo François Desmeures)

Le registre de relevés de l'année 1900 • (photo François Desmeures)

Le col de la Serreyrède, avant la construction de l'osbervatoire, et le chemin qui mènait alors au sommet

François Desmeures

Société

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio