EconomieEconomie.

CONTOURNEMENT DE NÎMES-MONTPELLIER : RFF A REÇU LES OFFRES FINALES DE BOUYGUES ET VINCI

 

RFF a reçu, le 24 octobre 2011, les offres finales des groupements constitués autour de Bouygues et de Vinci.

Ce grand projet ferroviaire est le quatrième lancé par l’Etat en 2009, après la deuxième phase de la ligne à grande vitesse Est Européenne, en travaux depuis 2010, et les lignes à grande vitesse réalisées en partenariat public-privé, entre Tours et Bordeaux et entre Le Mans et Rennes dont les contrats ont été signés en juin et juillet dernier.

Objectif : entrée en vigueur du contrat de partenariat public-privé en 2012

Ayant remis leurs offres initiales le 5 mai 2010, les trois candidats, Eiffage, Bouygues TP et Vinci Concessions avaient été admis à participer au dialogue compétitif conduit par Réseau Ferré de France au premier semestre 2011.

Les offres restantes seront évaluées par RFF afin de désigner le titulaire pressenti en début d’année 2012. Une commission d’évaluation des offres émettra un avis auprès de RFF en vue de la signature du contrat.

Le candidat retenu se verra confier la construction et la maintenance de la ligne nouvelle pendant la durée du contrat, en contrepartie de financements publics et de loyers versés par RFF. L’organisation des circulations restera sous la responsabilité de RFF.

Conçue à la fois pour accueillir les circulations de trains de voyageurs et de marchandises, le contournement de Nîmes et de Montpellier constitue la première ligne à grande vitesse dite « mixte ».

 

Ce projet emblématique du Grenelle de l’Environnement, permettra à l’horizon 2017, d’accroître l’attractivité du transport de voyageurs à grande vitesse vers le sud de la France et l’Europe mais également de libérer des sillons pour augmenter significativement l’offre des trains régionaux en Languedoc-Roussillon. Il favorisera d’autre part, le développement du corridor de fret européen entre l’Espagne et le reste de l’Europe.

D’une longueur de 80 km, ce projet comprend à la fois, la réalisation d’une section de 60 km de ligne à grande vitesse entre Manduel (à l’est de Nîmes) et Lattes (à l’ouest de Montpellier), 10 km de liaison sur la rive droite du Rhône et 10 km de raccordements vers Jonquières, Lattes et Manduel.

Deux gares nouvelles au contournement de Nîmes et de Montpellier pour la desserte de deux agglomérations accompagnent désormais le projet : à Manduel, pour Nîmes et dans le quartier Odysseum, pour Montpellier.

Dans sa forme finale, ce projet va mettre Paris et Montpellier à 3 heures l’une de l’autre, permettre d’augmenter les circulations TER entre Nîmes et Sète et éloignera les trains de fret des centres villes.

S’inscrivant dans le prolongement de la ligne à grande vitesse Méditerranée, le contournement ferroviaire de Nîmes et de Montpellier constitue la première phase du projet de ligne nouvelle entre la LGV Méditerranée et .la section internationale entre Perpignan et Figueras mise en service fin 2010, et au-delà l’accès vers Barcelone et le réseau espagnol.

 

 

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité