Economie

ALÈS Semaine blanche pour les commerces du centre ville

Une quinzaine de vitrines du centre ville fermées cette semaine. EL/OG
Une quinzaine de vitrines du centre ville fermées cette semaine. EL/OG

Prêt-à-porter, restaurants, bureaux de tabac, instituts de beauté... De nombreux commerçants ont tiré le rideau cette semaine dans le centre d'Alès, profitant d'une période calme pour partir en vacances. Une gabegie pour certains, une évidence pour d'autres.

Contrairement à ses consœurs gardoises comme Uzès, Nîmes ou Le Grau-du-Roi, Alès vit davantage hors-saison que pendant l'été. "L'activité principale de la ville n'est pas liée au tourisme, mais à l'industrie", rappelle Daniel Lelièvre, président de l'office de tourisme Cévennes Grand Sud. Ainsi, de nombreux commerçants indépendants choisissent le mois d’août pour partir en vacances, au risque de voir des artères vidées de toute forme de vie, comme c'est le cas rue de Beauteville. "Ce n'est pas comme ça qu'on va attirer des touristes. C'est le serpent qui se mord la queue ! ", fustige Florence, 30 ans et résidente à Alès. "Tout le monde ferme et il n'y a plus personne, alors on n'a pas vraiment le choix dans la date", renchérit une jeune vendeuse de prêt-à-porter installée depuis quelques mois. "Même l'épicier de l'Abbaye s'en va!", souligne un autre.

Pourtant, pour d'autres commerçants, c'est une évidence. "Tout le monde n'a pas la chance d'avoir un salarié pour le remplacer pendant l'été. Ensuite, les gens ne sont pas fous. S'ils choisissent cette période, c'est que c'est la moins rentable. Il n'y a rien à visiter à Alès en journée. Ce n'est pas les commerces ouverts qui vont attirer du monde. Quand il faut chaud, les gens vont plutôt à la mer ou à la rivière. Ou alors, il faudrait créer des animations, comme un festival de rue. Mais ce n'est pas de notre ressort", insiste la responsable d'une boutique de vêtements.

Les commerces peuvent-ils dynamiser le centre ville en été ? Ou faut-il compter sur l'action politique ? L'office de tourisme donne raison aux aoûtiens : "Je ne crois pas que la fermeture de ces magasins ait une influence sur le tourisme. On continue de trouver ce qu'on veut. Pour ce qui est d'attirer des vacanciers à Alès, l'offre ne peut pas reposer uniquement sur la culture. On a du mal à trouver de l'argent et il faut que ce soit rentable", avance Daniel Lelièvre. Il se murmure en coulisses que ce projet rentable pourrait être une mine témoin façon Indiana Jones près du Fort Vauban. Une folie qui ne serait pas du goût de certains.

Etiquette

Eloïse Levesque

Eloïse Levesque, journaliste diplômée de l'université de droit et de science politique de Montpellier, à Objectif Gard depuis mars 2014

2 réactions sur “ALÈS Semaine blanche pour les commerces du centre ville”

  1. En effet, la contrepèterie la plus célèbre était tentante pour cette vendeuse coquine.
    Sur le fond, Alès est une ville sans attrait touristique. Les 2 derniers monuments encore debout sont l’Abbaye et le Fort Vauban en cours de restauration. Quand au FoRT VAUBAN, il se voit affubler d’un énorme emplâtre cinématographique qui va achever de le dévaloriser.
    Le tourisme dans le secteur c’est essentiellement Anduze, Barjac, Vézénobres …et surtout les Cévennes à parcourir à pieds, à cheval, en âne ou en vélo.
    Quant au commerce en ville, il est moribond avec le surdéveloppement des grandes surfaces en périphérie. L’été juste un peu plus que les autres saisons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité