Société

ALÈS Des locaux neufs pour le centre médico-psychologique dédié aux ados

Charly Carayon, responsable du secteur alésien de pédo-psychiatrie, Alain Aurèche, représentant de la mairie, et Olivier Delcayrou, sous-préfet d'Alès. EL/OG
Charly Carayon, responsable du secteur alésien de pédo-psychiatrie, Alain Aurèche, représentant de la mairie, et Olivier Delcayrou, sous-préfet d'Alès. EL/OG

Ce mardi, l'hôpital d'Alès a inauguré les nouveaux locaux du centre médico-psychologique, qui vient de déménager dans le quartier des Près-St-Jean. Un lieu plus spacieux et plus adapté pour les 260 adolescents accueillis chaque année.

Intégré dans un réseau de 3 établissements sur le bassin alésien, le centre médico-psychologique pour ados de Gambetta fait peau neuve. Il vient de s'installer aux côtés de Reseda, Radio Grille ouverte et les Restos du coeur, dans les locaux rénovés de l'ancien foyer de jeunes travailleurs des Près-St-Jean. Un choix réfléchi pour l'hôpital d'Alès, dont dépend directement le centre. "Notre présence dans le quartier renforce le tissu associatif et social déjà bien développé", commente Roman Cencic, directeur du CHAC.

Depuis quelques semaines, les 7 salariés de l'établissement ont donc pris place dans un lieu spacieux et bien plus adapté. "Il nous manquait de la place pour développer nos outils de travail. De plus, les pièces n'étaient pas insonorisées, et le manque de confidentialité est un véritable handicap", se satisfait Charly Carayon, responsable du secteur alésien de pédo-psychiatrie.

Chaque année, le CMP accueille environ 260 adolescents de 13 à 18 ans en difficulté sociale ou psychique. Deux psychologues, un éducateur spécialisé et deux infirmières animent tout au long de l'année des entretiens individuels et familiaux, ainsi que des travaux de groupe. Cuisine, écriture, musique, poésie, l'objectif est de libérer la parole. "Ils nous sont souvent envoyés par l'école, où apparaissent les symptômes, ou par l'aide sociale à l'enfance. Ces ados au parcours chaotique ont souvent du mal à s'exprimer", conclut Charly Carayon.

Publicité
Publicité
Publicité

Eloïse Levesque

Eloïse Levesque, journaliste diplômée de l'université de droit et de science politique de Montpellier, à Objectif Gard depuis mars 2014

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité