A la uneActualitésPolitique

DÉPARTEMENTALES Avant d’aller voter dimanche, décryptage des enjeux du second tour

Il vous reste une dernière chance d’aller voter, ce dimanche, pour le second tour des élections départementales. Avant d’y aller, petit récap’ de la situation politique des 22 cantons restants dans le Gard.

À Nîmes : Le binôme Plantier-Roulle favori ? 

Au premier tour dimanche, seulement 92 voix séparaient les candidats Les Républicains à ceux de l'union de la Gauche. Arrivés en tête, les adjoints nîmois Julien Plantier et Sophie Roulle donnent le tout pour le tout. Le binôme peut compter sur l’appel à voter du centriste Thierry Procida ainsi que sur le soutien implicite du Rassemblement national. Face à eux, la Gauche unie continue d'y croire. Pour convaincre les abstentionnistes de voter pour eux, les candidats Bernède et Vasa multiplient les actions insolites, notamment en direction des jeunes. À suivre... 

Lire aussi : Sur Nîmes 1, Droite et Gauche au coude-à-coude

Nîmes 2 : la bataille fait rage entre Gauche et extrême-Droite

Rien n’est joué dans ce canton qui regroupe les quartiers du Mas de Mingue, du Chemin-Bas d'Avignon ainsi que ceux de la route d’Uzès ou de Courbessac. Dimanche dernier, le binôme de Gauche composé des élus sortants Amal Courveur et de Christian Bastid sont arrivés en tête avec 44% des voix contre 31% pour l’extrême-Droite, incarnée par son leader Yoann Gillet et Laurent Gardet. Pour l'emporter au second tour, ces derniers comptent sur le report des 24% des voix des candidats de Droite Taulelle-Solana. D'autant que Marc Taulelle n'a officiellement donné aucune consigne de vote.

Lire aussi : la bataille fait rage entre la Gauche et l’extrême-Droite

Nîmes 3 : Vincent Bouget veut confirmer son leadership à Gauche

L’affiche du ‘choc des titans’ entre le sénateur Laurent Burgoa et l’opposant PCF Vincent Bouget n’a pas attiré les foules. Seulement 28% de participation, soit un taux plus faible que la moyenne départementale déjà pas très reluisante. Dimanche, les électeurs préféreront-ils l’affiche sur le combat de Vincent Bouget pour imposer son leadership sur la gauche nîmoise ? Arrivé au premier tour avec 34% des voix, le communiste affronte au second tour l’extrême-Droite incarnée par le duo Adam-Berkani. Si Zakaria Moukite et Valérie Rouvérand ont appelé à faire barrage au RN, l’élu sortant Laurent Burgoa ne se résout pas à appeler à voter pour son adversaire. Une défaite est toujours difficile à avaler… 

Nîmes 4 : le soutien à peine voilé du RN à la Droite

Sur Nîmes 4, la partie s’annonce complexe. Dimanche soir pour le premier tour des élections départementales, le binôme de la Gauche unie est arrivé en tête. L’insoumis François Séguy et la socialiste Fatima El Hadi enregistrent 33% des suffrages. Repêchés in extremis pour participer au second tour des élections départementales, le duo Les Républicains Tibérino-Bancel espère une remontada face à la Gauche. Pour cela, il compte sur les reports de voix des électeurs du RN, leur leader Yoann Gillet appelant à faire barrage à la Gauche. Qui aurait pensé qu'à Nîmes la Droite et son extrême soit aussi poreuse et décomplexée ?

Lire aussi : Le soutien à peine voilé du RN au binôme de Droite Tibérino-Bancel

À Alès : trois duels Gauche-Droite

Sur les trois cantons d'Alès, le RN est totalement absent pour ce second tour. On se trouve donc avec trois duels entre la Gauche et la Droite. Sur le canton d’Alès 1, le conseiller départemental PCF sortant Jean-Michel Suau sera présent avec la maire EELV d’Anduze, Geneviève Blanc (42,03%). L’adjointe Les Républicains d’Alès Léa Boyer et le maire de Saint-Christol-les-Alès, Jean-Charles Bénézet (28,93%), essaieront de prendre leurs sièges.

Sur le canton d'Alès 2, le maire UDI de Saint-Privat-des-Vieux et élu sortant Philippe Ribot repart avec l’adjointe alésienne Valérie Meunier (36,63%). Ils font face à l'union de la Gauche incarnée par le maire de Saint-Martin-de-Valgalgues, Claude Cerpédes, et la professeure membre du PS, Christiane Thomas, se présentent (37,14%).

Sur le canton d'Alès 3, le maire Les Républicains de Saint-Césaire-de-Gauzignan, Frédéric Gras et l’adjointe UDI au maire d’Alès Marie-Christine Peyric sont qualifiés pour le second tour (39,48%). Ils font face au maire de Saint-Hilaire-de-Brethmas, Jean-Michel Perret, et la militante La France insoumise, Evelyne Herbeau, qui se présentent (29,59%).

La Grand'Combe : Patrick Malavieille élu dans un fauteuil ?

Sur ce canton, les conseillers départementaux sortants, Patrick Malavieille et Isabelle Fardoux-Jouve, remettent leur titre en jeu. Largement en tête au soir du premier tour avec 62,73% des voix, ils retrouveront sur leur route les candidats du Rassemblement national, Jean-Michel Martin et Marie-Ange Jardin qui ont réalisé, eux, 20,04% des voix au premier tour. En raison de la faible participation du scrutin, les protagonistes n'ont eu d'autre choix que de rejouer un second tour ! À vos bulletins...

Lire aussi : À La Grand'Combe, la dernière ligne droite se joue aussi sur le marché

Rousson : Gauche et extrême-Droite refont le match !

Comme à La Grand'Combe, il y aura sur ce canton un duel entre la Gauche réunie et l'extrême-Droite. Le binôme de la Gauche, composé de Ghislain Chassary et Cathy Chaulet, a fait forte sensation au premier tour avec 65,48% des voix. Ce n'était toutefois pas assez pour être élu dès le premier tour. Du coup, il se retrouve au second tour face à Michèle Lebastard et Denis Bouin, les candidats Rassemblement national qui ont récolté 34,52% des voix au premier tour et tenteront de renverser la vapeur au second. 

Lire aussi : Sur le canton de Rousson, on refait le match !

Bagnols/Cèze : Alexandre Pissas et Sylvie Nicolle à 9 points derrière le RN

À l’issue du premier tour, le ticket RN Corine Martin/Jean-Louis Morelli est arrivé en tête sur le canton de Bagnols avec 36,52% des voix. 9 points derrière, il y a le duo sortant de la Gauche Alexandre Pissas/Sylvie Nicolle. Si au RN, on pense que le canton est gagnable, il faut se demander si l’avance du parti d’extrême-Droite est suffisante face aux reports de voix des autres listes pour Pissas/Nicolle. En 2015, la situation au premier tour était sensiblement la même et c’est finalement la Gauche qui l’avait emporté. D’autant que cette fois encore, le ticket sortant cumule de nombreux soutiens, et même du président de l’Agglo, Jean-Christian Rey, du maire de Bagnols, Jean-Yves Chapelet, et du député, Anthony Cellier, bien décidés à faire front contre le RN…

Lire aussi : DÉPARTEMENTALES Bagnols/Cèze : RN et Gauche à couteaux tirés

Beaucaire : contre le RN, l'union fera-t-elle la force ?

Sur le canton de Beaucaire, la question est de savoir si le Rassemblement national confirmera son ancrage sur le territoire. Après un premier round remporté dimanche dernier, le conseiller départemental sortant, Jean-Pierre Fuster son nouveau binôme Élisabeth Mondet, remporteront-ils le match face à la liste Climent-Étienne ? Une liste qui bénéficie du soutien de ses adversaires du premier tour, Labbé-Milesi et Calamel-André mais aussi de cinq des sept maires du canton rejoint par le sénateur Bouad. L'union fera-t-elle la force ? Le taux de participation sera-t-il plus fort qu'au premier tour (34%) ? Les réponses à ces questions se trouveront dans les urnes dimanche prochain.

Lire aussi : À Beaucaire, l'union fera-t-elle la force ?

Saint-Gilles : Eddy Valadier part favori face au RN

Depuis 2015 bien de l’eau a coulé sous le pont du canal du Rhône à Sète. Si cette année-là la Gauche avait dû se désister au profit d’Eddy Valadier pour battre le Rassemblement national, cette fois la situation est bien différente. Réélu maire de Saint-Gilles il y a un an, Eddy Valadier est arrivé en tête du premier tour des élections départementales avec 41,6%. Le sortant et sa binôme Huguette Sartre part avec une longueur d'avance sur le Rassemblement national qui récoltent 33,8%. La Gauche qui n'a pu se qualifier au second tour ne donne pas de consigne de vote. Toutefois à titre personnel, son candidat Paul Gabriel s'opposera à l'extrême-Droite. 

Lire aussi : Eddy Valadier en tête-à-tête avec l’extrême-Droite ce dimanche

Vauvert : nouveau choc entre la Gauche et l'extrême-Droite

Comme en 2015, le Rassemblement national est arrivé en tête en Camargue. Le parti d’extrême-Droite confirme son implantation sur le canton de Vauvert avec 46,5%. Associé à Carole Calba-Schwartz, le sortant Nicolas Meizonnet est en ballotage favorable face au binôme de la Gauche Pascale Fortunat Deschamps et Bruno Pascal (42%). Comme pour les élections municipales, la Gauche et l’extrême-Droite vont en découdre dans cet entre-deux-tours. La clef du scrutin là-aussi réside dans le report des voix de Droite. Une Droite en déclin qui réalise 11,62% des suffrages, représentée par Houda Guétari et Thomas Dumont.

Lire aussi : Le RN en tête sur le canton de Vauvert, la Gauche en embuscade

Aigues-Mortes : qui profitera de la défaite de la Droite ?

Conseiller départementale sortante, Caroline Breschit et son nouveau binôme Arnaud Fourel n’ont pas réussi à se maintenir au second tour. La Droite perd ainsi un canton dès le premier tour. Quid de ses électeurs ? Feront-ils ou non barrage à l’extrême-Droite ? L’abstention mine le RN incarnée ici par Yvette Flaugère et Anthony Leroy qui perdent six points par rapport à 2015 (34%). En embuscade Robert Crauste et Laurence Barduca-Fauquet (29%) pourraient l’emporter. Sans étiquette, ils s’inscriraient dans l’actuelle majorité départementale de Gauche.

Lire aussi : le RN 500 voix devant Robert Crauste sur le canton d’Aigues-Mortes

Uzès : Denis Bouad et Bérengère Noguier loin devant le RN

À Uzès, le ticket sortant de la Gauche composé de Denis Bouad et Bérengère Noguier, part avec un bel avantage. Le sénateur et ancien président du département et sa binôme ont remporté 45,72% des voix au premier tour. Ils sont 19 points devant Patrice Adam et Mireille Ribanier (RN). Le duo sortant peut compter sur le soutien du duo malheureux de La République en marche. Pas de consigne de vote du côté de la Droite incarnée par Jacques Caunan. Mais avec une belle avance et sûrement un report des voix des deux autres listes, Denis Bouad et Bérengère Noguier devraient l’emporter, sauf grosse surprise ou démobilisation extrêmement forte d'un électorat trop confiant.

Lire aussi : À Uzès, Denis Bouad et Bérengère Noguier écrasent la concurrence 

Marguerittes : Rémi Nicolas va-t-il réussir son pari ?

Nouveau maire du chef-lieu du canton, Rémi Nicolas a été qualifié, dimanche, pour le second tour des élections départementales. Une qualification à 5 voix près par rapport à son adversaire de Droite et maire de Manduel, Jean-Jacques Granat. Pour l’emporter, le binôme Nicolas-Guardiola peut compter sur l’appel à voter des candidats de l’union de la Gauche qui ont récolté 16%. Quid des électeurs de la Droite et du Centre ? Jean-Jacques Granat n’ayant donné aucune consigne de vote, ces électeurs feront-ils barrage à l’extrême-Droite ? Voteront-ils pour le binôme RN Tisseur-Vidal ? Ou alors bouderont-ils les urnes ? beaucoup de questions qui trouveront leurs réponse ce dimanche.

Lire aussi : LE 7H50 de Rémi Nicolas : « À Marguerittes, ce sont les candidats du canton face à ceux de Beaucaire »

Redessan : la Droite et le Centre avec une longueur d’avance ?

Dimanche, le binôme Dherbecourt-Blanc est arrivé en tête du premier tour de scrutin avec 34,40% des voix, suivi par le RN avec 33,39%. Nul doute que le duo a bénéficié de cette « prime au sortant » qui, dans un contexte d’abstention, a renforcé leur score. Un autre vent semble souffler dans le dos des sortants : les reports de voix, notamment de la Gauche qui a réalisé 18,09% des suffrages. Le Rassemblement national incarné par le binôme Pascale Bordes et Jean-Marie Launay croit lui aussi dans le report de voix. Le candidat sans étiquette et adjoint de Remoulins, Bachir Elkhalfi, a annoncé qu'il ne voterait pas pour les sortants. 

Lire aussi : À Redessan, la Droite et le Centre avec une longueur d’avance ?

Calvisson : la Gauche face au RN, pas de consigne de vote à Droite

Arrivée en tête du premier tour des élections départementales, la sortante Maryse Giannaccini prouve qu’elle est capable de reprendre le flambeau de Christian Valette, son ex-coéquipier qui a pris sa retraite politique. Avec 42,85% des suffrages, le nouveau duo de Gauche Giannaccini-Larroque arrive dix points devant le Rassemblement national, incarné par l'ex-colistier de Yoann Gillet à Nîmes, Owen Godard, et l'attachée parlementaire de Nicolas Meizonnet, Sherley Stobiac. Toutefois rien n’est joué d'avance… La clef du scrutin de dimanche réside dans le report des voix des électeurs de la Droite républicaine, qui n'a donné aucune de consigne de vote... 

Lire aussi : la Gauche face au RN, pas de consigne de vote à Droite

Quissac : la présidente sortante face à l'extrême-Droite

Sur le canton de Quissac, c'est reparti pour la présidente du conseil départemental, Françoise Laurent-Perrigot, et son binôme maire de Sauve, Olivier Gaillard. Exclu de l’accord d’union de la Gauche, le tandem est arrivé largement en tête du premier tour avec 51,09% des voix. Un score toutefois insuffisant pour une élection dès le premier tour. Du coup, les sortants affronteront au second tour le binôme Gouleret-Jegat du Rassemblement national, repêché avec 29,6% des suffrages. À noter que les candidats soutenus par la France insoumise, Jean-Pierre Audibert et Jacqueline Bouvot, n'ont souhaité donner aucune consigne de vote. 

Lire aussi : À Quissac, la présidente sortante face à l’extrême-Droite au second tour

Pont-Saint-Esprit : un second tour favorable à Christophe Serre et Carole Bergeri

Le ticket sortant de la Gauche Christophe Serre et Carole Bergeri ont remporté 40,40% des suffrages au premier tour. Ils ont 600 voix d’avance sur le Rassemblement national (Michel Pous/Anne-Marie Collard). Une belle surprise pour les deux candidats sortants qui pensaient arriver derrière le parti d’extrême droite. Ils ont en plus le soutien de la totalité des maires du canton - qui sont au nombre de 24 - pour ce second tour. Même celui du maire de Goudargues, Fred Mahler, candidat malheureux du premier tour.

Lire aussi : Christophe Serre et Carole Bergeri arrivent en tête devant le Rassemblement national

Villeneuve-lez-Avignon : peu de suspense

52,65%. C’est le score qu’a fait le binôme de la Droite, Pascale Bories-Rémy Bachevalier au premier tour dimanche. Il s'agit là du meilleur score de la Droite dans le Gard. Ce score laisse peu de suspense sur l’issue du scrutin. Le Rassemblement national est à la traîne derrière avec 26,55% des voix. Alors même si la liste de Gauche malheureuse n’a pas laissé de consigne de vote, le match semble déjà plié. 

Lire aussi : Pascale Bories et Rémy Bachevalier largement en tête avec 52,65% des voix

Roquemaure : Nathalie Nury et Patrick Scorsone au coude-à-coude avec le RN

À Roquemaure, le premier tour a été très serré. Le binôme RN est arrivé en tête avec 1 992 voix, juste devant le ticket Nathalie Nury/ Patrick Scorsone (1 958 voix). 34 petits bulletins séparent les deux équipes. Pour lequel des deux binômes le report de voix sera favorable au second tour ? Le duo sortant, qui avait déjà fait un très bon résultat à Roquemaure-même, pourrait bien ressortir dimanche encore renforcé, face au RN…

Lire aussi : À Roquemaure, la Gauche résiste bien, le RN devant d'une courte tête

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité