A la uneAlès-CévennesBagnols-UzèsEconomie

UZÈS La brasserie Meduz s’agrandit, se modernise et déménage à Alès en 2022

Christophe Fresquet et Bertrand Salvignol ont lancé Meduz en 2012 à Uzès. (Marie Meunier / Objectif Gard)

En août 2022, cela fera dix ans que la brasserie Meduz existe. En dix ans, les bières artisanales uzétiennes ont trouvé leur public et la production a pris de l'ampleur. Au point que l'équipe se retrouve bien à l'étroit dans les locaux de 600 m2 au Mas de Taille. 

Locataire depuis janvier 2013, le bail de Meduz touche à sa fin. L'occasion de changer et de voir plus grand. Les deux associés, Christophe Fresquet et Bertrand Salvignol, recherchent depuis trois ans un terrain sur Uzès pour s'agrandir. En vain. "Ça n'a pas pu se faire, il n'y a pas de foncier disponible. On a eu quelques pistes mais qui se sont à chaque fois soldées par des échecs : terrains finalement pas constructibles, propriétaires qui changent d'avis...", déplore Christophe Fresquet. Le dénouement récent pour la zone des Sablas n'y coupera pas.

Les deux associés ont donc élargi le périmètre de recherche. Ils ont finalement trouvé leur bonheur à Méjannes-lès-Alès (zone Le Capron, parc des expositions d'Alès). Ils vont étendre le bâtiment existant de 900 m2 à 1 200 m2 et ainsi doubler la surface qu'ils avaient à Uzès. Le bâtiment existant sera dédié au stockage. Actuellement à Uzès, les équipes de Meduz sont contraintes de stocker chez le transporteur Vialat à côté, par manque de place. Ce qui impose des contraintes logistiques supplémentaires et fait perdre du temps.

Une capacité de production qui passe de 2 000 à 4 000 litres brassés chaque jour

Deux extensions vont être bâties sur le nouveau site pour le brassage. Les cuves, très hautes, vont pouvoir être entreposées à l'intérieur. Jusqu'alors, elles étaient à l'extérieur. "Ce sera mieux pour maîtriser la fermentation et avoir un environnement parfaitement propre exempt de toute potentielle contamination", détaille Christophe Fresquet. Et peut-être cela permettra à la société de remporter encore des médailles : elle en a obtenu huit en 2021 à Lyon, Paris, Francfort et au "France bière challenge".

En même temps qu'ils déménagent, les deux associés modernisent leurs outils de travail. Grâce à leur nouvelle salle, il sera possible de brasser jusqu'à 4 000 litres par jour contre seulement 2 000 aujourd'hui. "On double la capacité de production", atteste enchanté Christophe Fresquet. Pour cela, Meduz touche une aide de la Région de 200 000 €. L'embouteillage va également être modernisé, tout comme la mise en carton qui sera assurée par un robot qui permettra de doubler la cadence. Il sera financé par le plan France Relance à hauteur de 45 800€. Le personnel autrefois assigné à cette tâche assez répétitive sera mobilisé sur d'autres missions.

"On va aussi embaucher de nouvelles personnes pour la boutique et pour développer le côté bar et événementiel. On sera dans l'année de notre 10e anniversaire, elle sera marquée d'une programmation festive", explique Christophe Fresquet.

Une croissance allant de 15 à 20% par an

L'avenir s'annonce en grand pour Meduz. "Hormis l'année covid, on connaît une moyenne de croissance de 15 à 20% par an. En 2021, nous sommes repartis sur le même rythme. Les gens se tournent de plus en plus vers des produits locaux et préfèrent une bière avec moins d'alcool, mais un maximum de qualité", poursuit le gérant. Si la capacité de production augmente, la qualité sera toujours au rendez-vous. Les matières premières sont à 99% d'origine française et le goût se rapproche de celui des bières belges : accessibles au plus grand nombre, peu amer mais avec du corps et du caractère.

On peut trouver la gamme étayée d'une dizaine de bières en vente directe mais aussi dans les boutiques et supermarchés du quart sud-est de la France. On en voit parfois aussi à la carte de restaurants et d'hôtels ou lors de manifestations en été.

Au total, le projet d'agrandissement et de modernisation de la brasserie s'élève à 1,9 million d'euros. Une somme importante mais qui va permettre à toute l'équipe de mieux travailler, d'être plus efficace et de bénéficier de meilleures conditions. Et même si la société s'éloigne de la cité ducale, le nom Meduz fera toujours référence à Uzès, la ville qui l'a vu naître. Le déménagement démarrera début janvier 2022 et durera 2-3 mois.

Marie Meunier

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité