Publié il y a 1 an - Mise à jour le 26.05.2023 - François Desmeures - 2 min  - vu 707 fois

ALÈS Des soutiens réels pour moderniser la Cantine solidaire de Rochebelle

Le nouveau logo de la cantine, dessiné par le couple de graphistes Venividi, a été orésenté pendant le discours d'Étienne Kretzschmar

- François Desmeures

La cantine solidaire de Rochebelle inaugurait, ce vendredi, ses travaux de rénovation. Un nouvel élan pour cet espace de solidarité imaginé par le collectif Animateur 30, implanté en 2016, et dont le principe - manger à sa faim, selon ses moyens - n'a jamais autant servi que depuis la fin des confinements.

En cuisine, jeunes en formation, travail d'intérêt général ou service civique, sous la direction de Naïma, qui travaille depuis plus de quatre ans à la Cantine • François Desmeures

"Auparavant, c'était déjà un resto, enfin un atelier des saveurs. On était en train de refaire la façade à la fin du bail quand Étienne a vu qu'on réhabilitait." Bernard Labalme est propriétaire de la moitié des murs occupés par la Cantine solidaire de Rochebelle. C'est lui qu'Étienne Kretzschmar, vice-président de la cantine et véritable âme du lieu, avait abordé en voyant un bâtiment en cours de rénovation, chose rare dans le quartier de l'époque. "Plutôt que de laisser le lieu à un resto, qui ne s'installera pas, on a loué à la Cantine, avec l'engagement de ne pas augmenter le loyer pendant trois ans."

Le traiteur à la retraite Lionel Garcia, qui vient une fois par semaine réaliser le plat principal, en discussion avec le propriétaire de la mitié des murs, Bernard Labalme • François Desmeures

C'était il y a sept ans et le projet est toujours debout, plus que jamais utile et plus structuré. Preuve en est que les coûts des travaux présentés ce vendredi, qui tournent autour de 40 000 €, ont été financés à près de 80 % par la Caisse d'allocations familiales. "Les 20 % restants se sont répartis entre la Fondation de France (qui s'était penchée avec intérêt sur la Cantine, relire ici), des fonds propres et une participation des propriétaires", détaille Étienne Kretzschmar. Sols, revêtements muraux, plafond, évacuation, toilettes, tout a été revu et amélioré pour faciliter le travail, en cuisine, et la convivialité en salle. Seules les toilettes extérieures, qui n'existaient pas, ne sont pas totalement achevées. 

La salle a gagné en clarté et est bien plus accessible pour les serveurs qui viennent de la cuisine • François Desmeures

Dans son discours d'inauguration et de remerciements, Étienne Kretzschmar a inisisté sur le fait que "la Cantine a subi et continue de subir les conséquences de la crise sanitaire. Sa fréquentation, et la composition de son public, se sont durablement modifiés. Mais s'y sont ajoutés la hausse des prix, la soudaine diminution des crédits publics, qui ont fragilisé le financement des emplois salariés. Ceci explique cela : l'insistance avec laquelle nous sollicitions l'octroi d'un poste FONJEP (fonds de développement de la jeunesse et de l'éducation populaire) auprès des servics qui gèrent ce dispositif." Étienne Kretzschmar s'est, en revanche, félciité du soutien opportun de la Fondaiton de France et placé son espoir dans le renouvellement de l'agrément CAF, au titre d'un "espace de vie sociale". 

Sabir, ancien de Rochebelle et artisan sur le chantier de rénovation, a détaillé les travaux au député de la 5e circonscription, Michel Sala, et au président d'Alès Agglo, Christophe Rivenq • François Desmeures

Il a rendu hommage aux équipes de la cantine, qui ont assuré la continuité du service pendant les travaux. Et à l'entrepreneur, qui a dû jongler entre les services, expliquant la durée de la rénovation, entamée l'été dernier. Enfin, il a souhaité assister au développement d'un "service de traiteur solidaire, qui n'existe plus sur notre territoire, en transformant une partie de l'activité en entreprise ou chantier d'insertion, seule perspective susceptible d'assurer un minimum d'autonomie financière. Le travail est en cours." Invité à s'exprimer à son tour, le président d'Alès Agglo, et 1er adjoint au maire, Christophe Rivenq a mis en avant la "solidarité nécessaire" dans un quartier comme Rochebelle, soulignant que l'activité "de la cantine est essentielle dans le centre-ville d'Alès". Et que sa salle permettait "des rencontres essentielles dans la vie d'une ville" en offrant aussi "une nourriture de l'esprit". "Je confirme notre soutien actuel et pour le développement dans les années futures", s'est engagé Christophe Rivenq. 

François Desmeures

Société

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio