Politique

VILLENEUVE Le projet de Plan local d’urbanisme arrêté

Mardi soir, lors du conseil municipal de Villeneuve (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Lancée en 2013, la procédure de révision du Plan local d’urbanisme (PLU) de Villeneuve a franchi une étape importante mardi soir en conseil municipal.

L’assemblée devait en effet approuver le bilan de la concertation et l’arrêt du PLU révisé. Un PLU censé succéder au précédent document, qui datait de 2008, et qui prévoit notamment la construction de 1 285 logements d’ici 2030, « grâce à des projets de renouvellement urbain, d’optimisation du tissu urbain et d’extensions maîtrisées de l’urbanisation tout en préservant les patrimoines agricole, naturel et forestier », précisera l’adjointe Nathalie Le Goff. L’idée est de loger les environ 1 500 habitants supplémentaires projetés sur la période, sur la base d’une progression démographique de 0,8 % par an.

Côté concertation, la mairie a mis à disposition les documents relatifs au PLU aux services techniques et sur son site internet, ou encore organisé des réunions de concertation et d’information de 2014 à 2019. Par ailleurs, la mairie a reçu 44 requêtes, la quasi-totalité pour des demandes de constructibilité de parcelles qui, « lorsqu’elles s’inscrivaient dans le projet communal, ont pu recevoir une suite favorable », précisera l’élue.

Pas de quoi convaincre l’opposition. Premier à prendre le micro, le communiste Dominique Declosmenil dénoncera « une révision qui nous laisse sur notre faim, le PLU ne change pas sur le fond, il reste dans le même esprit. » Le Marcheur Florent Lemont s’attardera quant à lui sur la concertation : « dans les réunions publiques je n’ai pas vu de débat, à chaque fois, quand les voix d’élevaient contre certaines orientations, les personnes étaient systématiquement renvoyées dans les cordes. Ce n’étaient pas des débats, mais des présentations. » Par conséquent, pour l’opposant ce projet de PLU « n’est pas un document sincère puisqu’il ne prend pas en compte les remarques faites. » Lui aussi estimera que « les orientations ne bougent pas énormément », avant de dénoncer « un fil rouge, la question de la périurbanisation », comprendre l’extension de l’urbanisation de la commune, qui « mériterait une réflexion. » La socialiste Brigitte Philibert dira ensuite rapidement son accord avec les propos des deux autres opposants.

Le maire Jean-Marc Roubaud répondra en rappelant en préambule qu’il privilégiait le cadre de vie et qu’il ne le faisait pas trop mal, « la preuve un ancien président américain vient passer ses vacances sur notre commune. » « J’ai bien noté vos postures, mais pas vos propositions », reprendra-t-il, arguant du « grand nombre de propositions » reçues et du fait que « le débat dure depuis 2013, et pas que lors des réunions publiques. » Puis, défendant sans surprise « un travail collectif de qualité », le maire défendra « une vision de l’avenir de la ville. »

Toujours pas convaincu par la concertation, Florent Lemont affirmera ensuite que « les demandes étaient privées, mais ne relevaient pas du tout de l’intérêt général. » « C’est exact, mais ce n’est qu’une petite partie de l’iceberg, des personnes ont fait des propositions globales, répondra Jean-Marc Roubaud. D’ailleurs, je regrette que vous n’ayez pas participé aux ateliers. » « C’est absolument faux ! », lancera Florent Lemont qui, après être revenu sur la question de la périurbanisation, conclura d’un « votre PLU, je ne le voterai pas. » « Je ne vous demande pas de le voter », rétorquera le maire. Le bilan de la concertation et l’arrêt du projet de PLU a été voté avec 4 oppositions et une abstention.

Reste maintenant à attendre l’avis des personnes publiques associées, qui doit être remis dans les trois mois, puis une enquête publique sera menée, avant que le PLU ne soit définitivement voté en conseil municipal.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Et aussi :

Nouvelle tête : le groupe du Rassemblement national Villeneuve Bleu Marine a une nouvelle élue, en la personne de Christel Mediavilla. La nouvelle élue remplace Françoise Bijou, démissionnaire, et a accepté de devenir conseillère municipale suite aux désistements de François Bonnieux et Marie-Louise Jullien. Christel Mediavilla s’est abstenue lors du vote du PLU, car elle affirmera « ne pas connaître assez bien le dossier. » Dominique Declosmenil lui glissera qu’elle aurait « pu demander à (ses) collègues qui n’étaient jamais là », les élus RN ayant, il est vrai, brillé par leur absence depuis 2014.

La réaction : plus élue au conseil municipal de Villeneuve, la sénatrice LR Pascale Bories continue de s’intéresser à ce qui s’y passe, et était présente lors du conseil municipal mardi soir. Sur le PLU, elle nous a fait parvenir un commentaire : « Je me satisfais pleinement du vote de ce soir sur la délibération concernant l'arrêt du Plan local d'urbanisme de Villeneuve lez Avignon. Comme l'évoquait au cours de ce conseil l'adjointe Mme Le Goff, cette révision est issue, contrairement à ce que j'ai pu entendre de l'opposition ou faussement lire dans leurs récents propos, d'une longue concertation avec la population depuis 2013 grâce à de nombreux ateliers participatifs, réunions et enquêtes publiques qui ont pu aboutir à un projet concerté tant lors de son élaboration que lors des modifications d'urbanisme spécifiques sur des zones périurbaines. Il reflète ainsi les attentes exprimées par les Villeneuvois en vue de préserver leur cadre de vie tant apprécié tout en répondant aux contraintes imposées par l’État. »

La piscine : Florent Lemont a posé une question orale à la fin du conseil municipal concernant les travaux de la toiture de la piscine Camille-Muffat, qui interviennent quatre ans après l’inauguration de travaux précédents. « 3,4 millions d’euros ont été dépensés pour réaliser des travaux incomplets, il faut maintenant que le contribuable remette la main à la poche pour financer ce qui aurait pu et dû être intégré à budget constant dans un plan global de modernisation et d’extension de l’équipement », estimera l’opposant. Le maire lui répondra que « c’est bien de parler des dossiers, mais il faut les connaître, nous avions décidé en conseil syndical et pour des raisons budgétaires de différer les travaux de la toiture, nous n’avons pas oublié ces travaux. » Quant au montant des travaux de la toiture, demandé par Florent Lemont, il est, précisera Jean-Marc Roubaud, de 450 000 euros.

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité