PolitiqueSociété

GARD Annie Chapelier propose des solutions pour attirer les nouveaux médecins

Un an après son élection, Annie Chapelier dresse le bilan de sa première année de mandat. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Vendredi matin, la députée de la 4ème circonscription du Gard, Annie Chapelier, a rencontré le président du Département, Denis Bouad, ainsi que le délégué départemental de l’Agence régionale de santé (ARS), Claude Rols, pour mettre en place une politique d’attractivité auprès des médecins.

Infirmière-anesthésiste de profession, la députée Annie Chapelier a toujours été sensible aux sujets liés à la santé. Ce vendredi 17 janvier, lors d’un entretien avec le président du Département, Denis Bouad, elle a mis l’accent sur un problème qui touche beaucoup de Gardois : la désertification médicale.

« Depuis ces cinq dernières années, on se retrouve dans un état d’urgence. Il faut absolument réagir », s’inquiète-t-elle. D’autant que la députée a constaté que d’autres départements comme l’Aveyron, l’Yonne, la Saône-et-Loire ou l’Essonne ont, eux, déjà activé quelques solutions qui s’avèrent efficaces. « Au bout de deux ans, certains de ces départements ont attiré des médecins par dizaines », assure Annie Chapelier.

Rendre le Gard attractif !

Partant du principe que ce qui fonctionne ailleurs pourrait tout aussi bien être reproduit dans le Gard - même si notre département présente quelques singularités -, la députée a proposé plusieurs mesures concrètes et pas forcément onéreuses. « Il faut faciliter le parcours d’installation des internes et des jeunes médecins. Dans l’Aveyron, par exemple, ils ont créé un site où sont recensés les postes à pourvoir. On se préoccupe aussi des conjoints et des enfants du médecin. On leur présente leur futur environnement. Ce département organise même un week-end par an destiné aux médecins avec plein d’animations et de visites », détaille la députée.

Elle poursuit : « Il faut rendre le département du Gard attractif ! Il faut aller chercher les étudiants pendant leurs études à l’université. Il faudrait également un référent qui accompagne les médecins dans leurs démarches administratives. On peut aussi proposer des pass de réduction pour les jeunes qui s’installent. Enfin, en Saône-et-Loire, le Département salarie les médecins et encaisse les consultations. C’est très recherché par les jeunes médecins et ça en a attiré une quarantaine ». Selon la députée, Denis Bouad s’est montré très intéressé et des premières actions pourraient voir le jour cette année.

Tony Duret

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité