Politique

NÎMES MÉTROPOLE Le soutien à peine caché du maire de Marguerittes à Franck Proust ?

Invité sur le plateau d’Objectif Gard ce jeudi soir, le nouveau maire de Marguerittes, Rémi Nicolas, a rejoint le premier adjoint nîmois et candidat à la présidence de l’Agglo, Franck Proust, sur plusieurs de ses projets. 

La campagne pour la présidence de Nîmes métropole bat son plein. Avant le conseil communautaire du 8 juillet, les deux candidats en lice pour la présidence sont partis à la chasse aux maires. Des édiles qui devront déterminer qui du premier adjoint à la ville de Nîmes, Franck Proust, ou du maire de Saint-Gilles, Eddy Valadier, ils veulent voir à la présidence de l’Agglo nîmoise.

Si le candidat nîmois part avec une longueur d’avance (37 délégués sur 105 sièges de l’Agglo), l’élection n’est pas pliée. La guerre entre le président sortant, Yvan Lachaud, et le maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier, a laissé quelques traces. Le premier magistrat nîmois critiquant à plusieurs reprises les maires d’accorder leur soutien au président Lachaud en échange des fonds de concours. 

En campagne, chaque candidat sollicite les maires. « Mon téléphone en est le témoin », s’amuse le nouveau maire de Marguerittes, Rémi Nicolas. Avec ses quatre sièges, l’édile de la troisième commune de l’Agglo est convoité avec gourmandise par les prétendants au fauteuil de président de l’Agglo. « Aujourd’hui, je ne suis pas encore installé », a botté en touche le futur maire.

La « vraie influence » de Franck Proust

Toutefois pendant toute la durée de l’interview, Rémi Nicolas a donné quelques signes d'approbation concernant la candidature de Franck Proust. Sur ses réseaux européens : « Effectivement, il a une vraie influence. La candidature de Franck Proust peut nous amener cette couverture au-delà de notre territoire. » Sur les équipements à mettre en place, le Marguerittois partage l’ambition du Nîmois d’installer un conservatoire intercommunal de musique à Saint-Gervasy.

Sur les fonds de concours, Rémi Nicolas demande « plus d’encadrement. » Il se verrait même tenté par la vice-présidence dédiée à l'octroi de ces subventions que compte mettre en place Franck Proust s’il est élu. L’objectif étant de donner à ces subventions « une vraie dimension intercommunale » afin que la ville de Nîmes « ne vampirise pas tout. »

Enfin sur la situation politique de la métropole, l’histoire des intercommunalités est en train de montrer que seules les communes centres ne peuvent pas décider de tout. « Ce sera l’enjeu de nos groupes politiques. Nous nous devons être partie prenante de la majorité mais nous devons être aussi le caillou dans la chaussure du président. Il faut que l’on se rappelle au bon souvenir de la ville de Nîmes. » Une lapsus révélateur ?

Coralie Mollaret 

coralie.mollaret@objectifgard.com 

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité