Politique

NÉCROLOGIE Après le décès de Valery Giscard d’Estaing, les élus gardois réagissent

L'ancien président de la République est décédé mercredi soir (Photo : droits réservés)

Ancien président de la République (1974-1981), « VGE » s’est éteint hier soir dans sa propriété d'Authon (Loir-et-Cher). Il avait 94 ans. 

Laurent Bugroa, sénateur Les Républicains du Gard : « Le Président Valéry Giscard d’Estaing s’en est allé emporté par la covid. De son septennat, on retiendra : l’IVG, le droit de vote à 18 ans, l’Europe qu’il défendait tant. Un président moderne pour son époque. Au revoir VGE ! » 

Patrick Malavieille, conseiller départemental communiste du canton de La Grand’Combe : « Le Président Giscard d'Estaing vient de décéder... Rappel d'une époque où quatre candidats s'affrontaient à la Présidentielle de 1981, année où je votais pour la première fois, grâce à la réforme portée par Giscard qui a ramené le droit de vote de 21 à 18 ans… » 

Arnaud Bord, élu Parti socialiste de la Ville d'Alès : « Valéry Giscard d’Estaing est mort. Je ne l’ai connu que comme ancien président de la République, mais l'histoire nous enseigne de lui, un grand homme d'État, arrivé un peu par surprise, avec une volonté de réforme inébranlable. Nous lui devons, entre autres, de grandes lois sociétales comme l’abaissement de la majorité à 18 ans, l’instauration du divorce par consentement mutuel, le remboursement de la pilule, la loi sur l’IGV (Interruption volontaire de grossesse). Enfin il ne faut pas oublier qu'il fût aussi le premier à faire confiance aux femmes dans son Gouvernement, dans un monde jusqu'alors, exclusivement masculin. À nous désormais de vous dire un dernier : "Au revoir " Monsieur le Président ! »

Nicolas Meizonnet, député Rassemblement national de la deuxième circonscription du Gard : « C’est toujours un moment un peu particulier lorsqu’un président de la République nous quitte, quelle que fut sa politique. On peut dire de Valéry Giscard d’Estaing qu’il était un homme de lettres, un Président moderne, réformateur, défenseur des libertés publiques, qui avait, je le crois, une haute idée de la France. Il était aussi, hélas, l’homme du regroupement familial, ce que je combats fermement aujourd’hui et qui fut à mon sens sa plus grande erreur, mais il faut lui reconnaître une certaine honnêteté intellectuelle puisqu’il le reconnut lui-même en 2018. Je salue sa mémoire.» 

Vincent Bouget, secrétaire départemental du PCF et élu à la Ville de Nîmes : « Les communistes s’inclinent devant la disparition d’un adversaire respecté. Le mandat du président Giscard d’Estaing a été marqué une période d’intenses luttes sociales, notamment dans le Gard. Quelques mois après son élection, la grève des PTT marque le paysage. Période de changements, avec le droit à l’avortement, le droit de vote à 18 ans. Ces droits nouveaux sont le fruit de combats menés pendant les décennies précédentes. Dernier président à permettre une exécution capitale, acteur de la « Françafrique », le président Giscard d’Estaing mettra les drapeaux de la République en berne à la mort de Franco. La mémoire de Valery Giscard d’Estaing est indissociable de celle de son époque, ses espoirs, ses contradictions. » 

Françoise Dumas, députée LREM de la première circonscription du Gard et présidente de al commission Défense à l'Assemblée : « Je veux saluer la mémoire d’un homme qui aura consacré toute sa vie à la France. Son mandat de Président de la République fut marqué par de nombreuses avancées sociales et démocratiques majeures. Nous n’oublierons pas qu’il fut celui qui, en 1974, abaissa la majorité à 18 ans. Il avait su entendre la soif de modernité post-68 dans un contexte économique de crise. Nous n’oublierons pas non plus qu’il fut celui qui, parmi les premiers, fit tant pour les droits des femmes, par la création du premier Secrétariat d’Etat chargé de la condition féminine, la légalisation de l’interruption volontaire de grossesse ou encore par l’instauration du divorce par consentement mutuel (…) Fervent européen, son mandat restera dans les mémoires comme celui où la France entra de plain-pied dans la construction européenne. Toutes mes pensées vont aujourd’hui à ses proches. Avec son décès, c’est avec nostalgie que nous regardons une page de notre histoire se tourner. »

Thomas Vidal, ex-maire de Valleraugue : « Hommage à un de ces hommes en avance sur son temps qui s'en est allé cette nuit des suites du covid-19. Profondément européen, il restera aussi comme le dernier Président dont le gouvernement vota un budget à l'équilibre. Élu troisième président de la Ve République (19 mai 1974-19 mai 1981), son mandat est marqué par l'abaissement du droit de vote à 18 ans, la dépénalisation de l'avortement, l’instauration du divorce par consentement mutuel, et l'élargissement du droit de saisine du Conseil constitutionnel. » 

D’autres réactions à suivre… 

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité