NîmesPolitique

EXPRESSO Veolia met en ébullition le président de Nîmes métropole

Franck Proust, premier adjoint au maire de Nîmes et député européen
Franck Proust, président Les Républicains de Nîmes métropole

En 2020, Veolia a facturé un peu plus de 14 millions de m3 d'eau aux usagers de l’Agglo. Un résultat plus faible que la proposition de la multinationale pour décrocher le marché public de l’eau. Le président de Nîmes métropole, Franck Proust, réclame des explications.

À Nîmes métropole, la gestion de l’eau et de l’assainissement connaît souvent des remous. Il y a trois ans, la journaliste de France 2, Élise Lucet, dénonçait les 48 ans de gestion de l’eau par la Saur. Elle pointait aussi les fuites trop nombreuses, entraînant un taux de rendement à 70,5% en 2016 contre une moyenne nationale à 79,3%. Un an après cette polémique, le président de Nîmes métropole - à l'époque Yvan Lachaud - scellait un nouveau marché avec la société Veolia. Hier soir, les élus du conseil communautaire ont examiné le premier rapport d'activité de l'entreprise, après un an d'exercice. 

Ce rapport inquiète le nouveau président de Nîmes métropole, Franck Proust : « Veolia était partie sur l’hypothèse de vendre 16 millions de m3 d’eau par an. Sauf qu'elle n’en a vendu qu'environ 14 millions ! Ça entraîne des pertes financières pour la société mais aussi pour l’Agglo. » Depuis plusieurs jours, des réunions s’organisent entre les services de Nîmes métropole et Veolia. « C’est un travail en toute transparence. Veolia a démarré en pleine crise sanitaire, elle ne connaissait pas bien le territoire... Il faut lui laisser un peu de temps », tempère Jean-Luc Chailan, vice-président délégué au service de l’eau.

D'après nos sources, la société justifierait cette baisse par la crise sanitaire, entraînant « une diminution de la consommation d’eau » et les nouveaux compteurs qui sous-estimeraient la consommation des usagers. Ces arguments peinent à convaincre Franck Proust qui menace d'ailleurs de missionner un cabinet privé pour réaliser un audit : « Cet écart de 1,4 millions de mètres cubes non vendus est énorme ! Ça représente 1,5 M€ à 2M€ de pertes financières, soit 12M€ sur un mandat ! C'est le prix de la troisième voie reliant la gare de Nîmes centre à celle du Pont-du-Gard ! Alors moi, je veux comprendre. Pour l’instant, les explications que j’aies ne me suffisent pas. »

CM

coralie.mollaret@objectifgard.com 

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité