A la unePolitique

DÉPARTEMENTALES À Nîmes, la Droite présente ses huit candidats

Ce matin aux Jardins de la fontaine (Photo : droits réservés)
Ce matin aux Jardins de la fontaine (Photo : droits réservés)

À Nîmes, la Droite vise le grand chelem. Son but : conserver les trois cantons déjà dans son escarcelle et conquérir celui de Nîmes 2.  

Un casting très municipal. Ce vendredi aux Jardins de la Fontaine, le maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier, et le secrétaire départemental du parti Les Républicains, Franck Proust, ont présenté le nom des huit candidats ainsi que ceux de leurs suppléants. Des candidats qui essaieront de récolter les suffrages aux prochaines élections départementales les 20 et 27 juin prochains. 

Des candidats tous adjoints de Jean-Paul Fournier

Sur les affiches de campagne, on peut lire le slogan « Le Gard, j’y crois » avec au-dessus deux arches formant un M : « Cela symbolise les arches des arènes, le pont du Gard mais aussi le m de Majorité municipale », commente Julien Plantier, premier adjoint à la ville de Nîmes et candidat sur le canton de Nîmes 1. La Droite espère ainsi surfer sur la victoire historique de Jean-Paul Fournier qui a raflé un quatrième mandat en juin 2020. D’ailleurs, les huit candidats et leurs suppléants sont tous des adjoints du maire de Nîmes. 

Sont reconduits d’abord les sortants tels le nouveau sénateur Laurent Burgoa et sa binôme sur le canton de Nîmes 3, l'adjointe Claude De Girardi, en charge du Stationnement. Sur Nîmes 4, le candidat destiné à présider le Département en cas de victoire de la Droite, Richard Tibérino, repart avec l’adjointe Véronique Gardeur-Bancel, chargée de l'Éducation.

Sur Nîmes 2, la Droite espère déloger la Gauche avec le ticket Marc Taulelle, délégué à la Rénovation énergétique et Carole Solana, au Logement social. Enfin sur Nîmes 1, Jean-Paul Fournier veut régler ses comptes, en présentant face à l'élu UDI sortant et ex-adjoint de sa majorité, Thierry Procida, le binôme Julien Plantier et Sophie Roulle, adjointe à la Culture et deuxième sur sa liste au Municipales de 2020.

Nîmes 1 exclu de l’accord Droite-Centre

« C’est déjà arrivé en 2004 et 2001 qu’il y ait des primaires sur un canton… Puisque sur les grandes villes comme Nîmes et Alès, on laisse aux maires le soin de choisir leurs candidats. Dans ce cas le territoire sort de l’accord », commente Franck Proust. Sur les 22 autres cantons, les candidats Les Républicains-UDI (Union des démocrates et indépendants) repartiront comme en 2015 sous la bannière « Le bon sens gardois. » À chacun son slogan… 

Coralie Mollaret 

Lire aussi : ÉDITORIAL Départementales : la stratégie de Jean-Paul Fournier ? C’est lui !

Et aussi : Les suppléants des candidats de la Droite sur les quatre cantons de la ville de Nîmes sont : Christophe Pio et Chantale Barbusse sur Nîmes 2 ; Frédéric Pastor et Pascale Venturini sur le 2 ; François Courdil et Mylène Mouton sur le 3 ainsi qu'Emmanuel Carrière et Aurélie Prohin sur le 4.

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Articles similaires

Un commentaire

  1. Les élites LR feront ils encore le jeu de la gauche comme ils l’ont fait en portant Bouad et Laurent Perrigot à la présidence ?
    Sans doute.
    Qu’ils le disent clairement avant les élections pour ne pas tromper tous ceux qui ne veulent pas de cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité